•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université Sainte-Anne reçoit plus de 1 M$ du gouvernement fédéral

Photo devant l'Université Sainte-Anne le 1er novembre 2019.

L'Université Sainte-Anne à Pointe-de-l'Église en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Radio-Canada

Le gouvernement du Canada annonce un soutien financier de 1,2 million de dollars sur deux ans à la seule université francophone en Nouvelle-Écosse.

En tant qu’Acadienne ayant eu la chance d’étudier en français dans un milieu minoritaire, c’est un réel plaisir de soutenir le dynamisme de la francophonie en Nouvelle-Écosse, dit la ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, de passage dans la région pour l'annonce.

La ministre porte un châle au couleur du drapeau acadien et parle avec des gens de la région.

La ministre Ginette Petitpas Taylor était de passage dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse pour annoncer du financement à l'Université Sainte-Anne, le seul établissement d'études supérieures francophone dans la province.

Photo : Facebook/Ginette Petitpas Taylor

À cette somme s’ajoute la contribution de la province qui est de 104 573 $ sur deux ans.

Le soutien à l’Université Sainte-Anne doit permettre de moderniser le système de communication avec les étudiants et le personnel enseignant.

Dans un communiqué, le gouvernement fédéral dit que, concrètement, les fonds appuieront la stabilisation et le renforcement de la capacité de l’Université Sainte- Anne et l’aideront à migrer vers un nouveau système d’information qui lui permettra d’optimiser la gestion des dossiers de sa population étudiante.

Un homme en complet appuyé à une rampe.

Allister Surette, recteur de l'Université Sainte-Anne.

Photo : ACUFC

Allister Surette, le recteur de l’Université Sainte-Anne, parle d’un investissement significatif pour remplacer l’ancien système, qui allait être mis hors service sous peu.

Malheureusement, le fournisseur qu’on avait est un fournisseur des États-Unis. C’était le meilleur qu’on pouvait faire 10 ans passés, a mentionné M. Surette au Téléjournal Acadie, jeudi.

Le service était purement en anglais. Cette fois-ci, on a un nouveau système d’information estudiantin qui va pouvoir fonctionner en français, sur mesure, beaucoup plus à la fine pointe de la technologie, précise-t-il.

Ce sera donc plus facile pour l’établissement de communiquer avec le personnel et d'être en contact avec des gens intéressés à poursuivre des études postsecondaires en français en Nouvelle-Écosse. Les étudiants auront aussi accès à un portail plus moderne pour consulter leur dossier.

Ce nouveau système permettra d’améliorer les communications, les connexions et la vitalité des cinq campus, a déclaré Colton LeBlanc, le ministre provincial des Affaires acadiennes et de la Francophonie.

Cette annonce s’inscrit dans un désir du gouvernement fédéral d’aider les communautés dans une situation minoritaire pour atteindre l’égalité réelle entre les langues officielles au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !