•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feux en France : plusieurs pays d’Europe viennent en renfort

Plus de 300 pompiers européens se dirigent vers le sud-ouest de la France, région particulièrement éprouvée par les incendies.

Des pompiers s'enlacent, exténués, devant un feu de forêt.

Des pompiers mobilisés sur l'incendie à Saint-Magne, une commune de Gironde (sud-ouest de la France), région particulièrement éprouvée par les feux de forêt.

Photo : Reuters / Stéphane Mahe

Agence France-Presse

Plusieurs pays européens vont venir à la rescousse de la France, où des pompiers allemands sont déjà arrivés jeudi, pour aider à lutter contre un grand nombre d'incendies ravageant des forêts en proie à des vagues de chaleur et une sécheresse historique, dont un gigantesque brasier dans le sud-ouest du pays.

Des feux faisaient rage en Gironde (sud-ouest de la France), dans le Jura (est), la Drôme, l'Aveyron et la Lozère (sud-est)... Sans compter d'innombrables départs de feux plus petits chaque jour du nord au sud.

Face à ces incendies, la France a appelé à l'aide et plusieurs pays européens ont annoncé l'envoi de renforts. L'Allemagne, la Grèce, la Pologne et, dans les prochaines heures, la Roumanie et l'Autriche : nos partenaires viennent en aide à la France face aux incendies, s'est réjoui, dans un tweet, le président Emmanuel Macron. Merci à eux. La solidarité européenne est à l'œuvre!, a-t-il ajouté.

Dans un large périmètre autour de Hostens (Gironde), où se sont rendus jeudi la première ministre Élisabeth Borne et le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le feu a ravagé en deux jours 7400 hectares de forêts et forcé 10 000 personnes à quitter leur domicile, parfois pour la seconde fois depuis un mois.

Une maison et une voiture calcinées.

Un incendie a laissé un paysage de désolation à Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France.

Photo : Getty Images / AFP / Guillaume Souvant

Dans cette zone, le ciel est nappé d'un voile grisâtre, masquant quasi totalement le soleil brûlant.

Jeudi après-midi, 65 pompiers allemands et 24 véhicules se sont présentés. Des dizaines d'autres pompiers sont attendus dans les prochains jours avec leurs camions en provenance de Roumanie, de Pologne ou d'Autriche.

Les Roumains et les Allemands seront sur le terrain demain matin à l'aube, a assuré à la presse Martin Guespereau, le préfet délégué pour la défense et la sécurité en Gironde.

Nous sommes tous des pompiers, et nous comprenons la situation. Ça doit être vraiment dur de combattre des feux de cette durée et de telle ampleur, a déclaré Simon Fritz, un pompier professionnel arrivé de Bonn qui venait d'être salué d'un welcome par les autorités françaises.

Sur place, plusieurs habitations évacuées arboraient des témoignages de gratitude – Merci pour nos maisons ou Merci les pompiers peints sur des draps blancs.

Trois pompiers marchent à côté d'une forêt en feu.

Des pompiers s'activent jour et nuit sur les lieux d'un incendie de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France.

Photo : Getty Images / AFP / Thibaud Moritz

Au total, 361 pompiers européens ont pris la route du sud-ouest de la France pour épauler les 1100 pompiers qui combattent nuit et jour une reprise de feu du gigantesque incendie de Landiras, dans le sud-ouest (14 000 hectares déjà brûlés en juillet).

En outre, quatre avions de la flotte de l'Union européenne contre les incendies ont été envoyés en France de Grèce et de Suède, a annoncé la Commission européenne.

La Pologne a annoncé qu'elle allait dépêcher dès jeudi 146 sapeurs-pompiers pour aider dans le sud dès vendredi midi, selon la présidence française.

Au total, huit avions bombardiers d'eau et deux hélicoptères ont été mobilisés pour cette deuxième journée de lutte marquée par de nouveaux départs de feu, notamment à Saint-Symphorien (Gironde).

Là, on se fait déborder de partout, a raconté à l'AFP, les yeux cernés, Rémy Lahay, pompier professionnel depuis 20 ans.

« On se croirait en Californie, c'est gigantesque. »

— Une citation de  Rémy Lahay, pompier

La sécheresse qui sévit dans la région et les températures caniculaires, se conjuguant avec un air très sec, créent toujours un risque très sévère d'éclosion de feu, selon la préfecture.

Feu et effet de la crise climatique

En tout, plus de 40 000 hectares ont brûlé cette année en France, selon le gouvernement, ou 50 000 hectares, selon des données satellitaires européennes. C'est dans tous les cas plusieurs fois la moyenne annuelle des 15 années précédentes, comme en Espagne, alors que l'été n'est pas terminé.

Et la pluie n'est pas attendue avant dimanche en France.

Dans le centre du Portugal, même spectacle de désolation : plus de 1500 pompiers étaient jeudi mobilisés pour venir à bout d'un feu de forêt qui ravage depuis plusieurs jours le parc naturel de la Serra da Estrela, détruisant quelque 10 000 hectares, selon des données européennes.

L'un des effets les plus scientifiquement vérifiés du changement climatique est que les vagues de chaleur vont se multiplier, s'allonger et s'intensifier.

Les scientifiques estiment qu'en Europe, le nombre de morts liées au stress thermique pourrait doubler, voire tripler selon l'ampleur du réchauffement de la planète au cours du siècle.

La canicule actuelle en France a commencé le 31 juillet et est la troisième de l'année, après celles de la fin de juin et de la mi-juillet. S'y ajoute un mois de juillet classé comme le mois le plus sec depuis mars 1961.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !