•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Annulation de trajets chez OC Transpo : un manque d’organisation, selon le syndicat

Un bus de OC Transpo.

Le syndicat des chauffeurs croit que les récentes annulations de trajets chez OC Transpo sont en partie attribuables à un manque d'organisation.

Photo : Radio-Canada / Trevor Pritchard

Radio-Canada

Le syndicat des chauffeurs d’OC Transpo estime que l’annulation de plus de 200 trajets, le week-end dernier, est en partie attribuable à un manque d’organisation du transporteur public.

Alors que la Ville d’Ottawa évoque la pénurie de personnel pour expliquer la situation, le syndicat indique que rien ne va aller en s’améliorant tant qu’OC Transpo ne réglera pas les enjeux d'horaire qui interrompent les itinéraires.

La façon dont ils établissent ces horaires est terrible et le public le ressent également, a déclaré Clint Crabtree, président de la section locale 279 de l'Amalgamated Transit Union.

Depuis le printemps dernier, le Code canadien du travail exige que tous les conducteurs prennent des pauses de 30 minutes pour chaque tranche de cinq heures de travail.

M. Crabtree soutient qu’OC Transpo a mal su gérer efficacement l'organisation des horaires autour de ces nouvelles pauses obligatoires.

Vous avez des annulations de trajets d’autobus parce que le conducteur a l’obligation de prendre une pause, a-t-il déclaré à l'émission de radio de CBC Ottawa Morning, plus tôt cette semaine.

Clint Crabtree pause devant un bâtiment, à l'extérieur.

Clint Crabtree est président syndical de la section locale de l'Amalgamated Transit Union, qui représente de nombreux employés d'OC Transpo, y compris les chauffeurs.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Theriault/CBC

Avant le changement de politique, les conducteurs prenaient de courtes pauses à la fin de leur circuit, a-t-il indiqué.

Bien que les pauses obligatoires soient bénéfiques pour le personnel, M. Crabtree soutient qu'OC Transpo doit réorganiser les horaires pour s'assurer que les pauses ne perturbent pas le service.

Si c'est bien planifié, personne ne manquera son trajet, dit-il.

OC Transpo est également aux prises avec une pénurie de personnel, et le président du syndicat des chauffeurs avertit que la situation va empirer.

Chaque automne, OC Transpo intensifie le service pour répondre à la demande saisonnière accrue, avec le retour à l’école notamment.

M. Crabtree craint que la rentrée, cette année, soit un désastre compte tenu de la gravité des problèmes rencontrés cet été, alors que le service était réduit.

Plus de préavis pour les trajets annulés, plaide un conseiller

La fiabilité du réseau d’autobus est le problème numéro un, selon le conseiller Riley Brockington, membre de la Commission du transport en commun de la Ville.

M. Brockington juge inacceptable que des circuits d’autobus soient annulés avec si peu ou pas de préavis donné aux usagers.

S'il doit y avoir des réductions de service en raison d'une pénurie de personnel, OC Transpo devrait être en mesure de planifier cela sur plusieurs semaines et de prendre des décisions à l'avance afin que les gens puissent s’organiser en conséquence, soutient le conseiller.

Riley Brockington se laisse prendre en photo, à l'extérieur.

Le conseiller du quartier Rivière, Riley Brockington, croit qu'OC Transpo doit améliorer la fiabilité de son réseau pour regagner la confiance des usagers.

Photo : Radio-Canada / Giacomo Panico/CBC

La majorité des usagers potentiels seront contraints de trouver d'autres moyens de transport à moins qu'OC Transpo puisse améliorer la fiabilité de son réseau, ajoute-t-il.

Si vous n'avez pas de service d’autobus fiable, vous n’allez jamais regagner les usagers, vous n’allez jamais regagner leur confiance, estime Riley Brockington.

300 chauffeurs recherchés

Troy Charter, directeur des opérations du transport en commun de la Ville, a assuré qu'OC Transpo faisait de son mieux pour embaucher suffisamment de personnel pour combler les lacunes du service de transport en commun.

Le processus de sélection rigoureux et la formation que doivent suivre les chauffeurs expliquent en partie pourquoi il manque quelque 300 employés.

Nous n'allons pas rogner sur le recrutement des bonnes personnes ni sur leur formation, a déclaré M. Charter.

En ce qui concerne les annulations de trajets de dernière minute, M. Charter a indiqué que l'organisation cherchait des moyens d'améliorer la manière d'en informer les usagers.

Avec les informations de Michelle Allan de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !