•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Certains médicaments se font rares en pharmacies

Des tablettes à moitié vides.

Certains médicaments se font rares dans les pharmacies.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C'est au tour des sirops pour la toux et de certains médicaments destinés aux enfants de se faire rares dans les pharmacies.

Depuis quelques mois, on a vraiment une pénurie de sirops pour enfants, d’acétaminophène, de sirops pour adultes pour la toux, etc. On espère que ça va revenir bientôt, constate la pharmacienne propriétaire sherbrookoise Lynn Germain. 

Elle n'est pas la seule à être touchée par ce problème. La situation est répandue dans la province, et même à plus grande échelle, estime l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP).

« Ce sont des chaînes d'approvisionnement avec une gestion des stocks assez serrée. Avec la 7e vague en été, les symptômes, et la levée des mesures sanitaires qui fait en sorte qu’il y a plus de virus qui circulent, la demande est plus forte.  »

— Une citation de  Benoît Morin, président de l’AQPP

. On n'a pas réagi assez rapidement, et c'est un phénomène nord-américain, ajoute Benoît Morin.

Solutions de remplacement 

Des solutions sont heureusement souvent possibles pour les clients. 

On a quand même des alternatives. Parfois, nous n'avons pas tous les formats et toutes les saveurs, mais on réussit toujours à trouver une solution à tout ça, soutient Lynn Germain. 

À la limite, si ça [la pénurie de médicaments pour enfants] venait â être plus intense, on pourrait toujours y aller avec des formulations pour adultes, qui pourraient être coupées, par exemple. Mais c’est chose à ne pas faire sans consulter votre pharmacien, renchérit Benoît Morin. 

Selon lui, la situation devrait se résorber d'ici quelques semaines.

Les compagnies vont se remettre à fabriquer plus rapidement et ça va se rétablir. Ce n'est pas une pénurie de matières premières ni une pénurie qui est due au fait que des usines ont fermé. C'est vraiment une stabilisation entre l'offre et la demande, explique-t-il. 

Ce dernier exhorte d'ailleurs les consommateurs à ne pas stocker inutilement ces médicaments pour éviter d'exacerber le problème.

Avec les informations de Jean-François Dumas 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !