•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La militante pour le climat Anjali Appadurai veut devenir la cheffe du NPD en C.-B.

Portrait d'Anjali Appadurai.

Anjali Appadurai s'était auparavant présentée comme candidate fédérale du Nouveau Parti démocratique dans la circonscription de Vancouver Granville, aux élections de 2021, perdant de justesse.

Photo : Facebook/AnjaliforBC

Radio-Canada

Anjali Appadurai, 32 ans, a annoncé mercredi se lancer dans la course pour devenir la nouvelle cheffe du Nouveau Parti démocratique (NPD) en Colombie-Britannique en décembre et, de facto, la prochaine première ministre de la province.

L'ancienne candidate du NPD fédéral et militante pour le climat est la directrice des campagnes de l'organisation Climate Emergency Unit.

Elle explique avoir choisi de participer à la course après qu'un groupe de supporteurs ait promis plus de 40 000 $ lors d'une réunion en ligne samedi soir, assez pour couvrir ses frais d'inscription.

« Je pense que les Britanno-Colombiens sont prêts pour une cheffe qui leur dira la vérité. Nous sommes dans une situation très dangereuse. Mais je crois en notre pouvoir collectif pour façonner un avenir différent. »

— Une citation de  Anjali Appadurai

L’ancien procureur général et ministre du Logement David Eby semblait avoir le champ libre. Seul candidat dans la course jusqu’à présent, il est soutenu par 48 des 57 membres du caucus du NPD de la province.

Sur Twitter, celui-ci lui souhaite « de la chance, mais pas trop ».

Anjali Appadurai promet que sa campagne se concentrera sur l'environnement, les énergies propres, le logement, la sécurité alimentaire et la prise en charge des communautés.

Notre province n'est pas en bonne santé. Les gens ne sont pas en bonne santé et la terre est stressée, a déclaré la trentenaire. Nous avons besoin d'un gouvernement qui donnera la priorité à la santé des gens et de la planète.

Anjali Appadurai, dehors.

La candidate néo-démocrate Anjali Appadurai s'adresse à un électeur de Vancouver Granville le 22 septembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Gian Paolo Mendoza

Aux élections fédérales de 2021, Anjali Appadurai était la candidate du NPD pour la circonscription de Vancouver Granville. Elle a perdu contre le libéral Taleeb Noormohamed dans l'une des courses les plus serrées du pays, avec moins de 500 voix d’écart.

En juin, John Horgan a annoncé qu'il démissionnerait avant les prochaines élections provinciales, invoquant un manque d'énergie après avoir subi un traitement pour un cancer de la gorge.

Le vote pour une nouvelle ou un nouveau chef commencera le 13 novembre et les résultats seront annoncés le 3 décembre.

Une bataille difficile pour Anjali Appadurai, selon un expert

Pour Hamish Telford, professeur agrégé de sciences politiques à l'Université de la vallée du Fraser, la bataille sera probablement difficile pour Anjali Appadurai, face à David Eby.

[David Eby] a une avance substantielle. Elle va vraiment devoir rattraper son retard maintenant et se faire connaître en dehors des cercles militants du centre-ville de Vancouver, à travers la province, déclare Hamish Telford, ajoutant qu'elle devra probablement faire face à un défi de collecte de fonds important.

Le professeur pense que la militante défiera intellectuellement David Eby et le parti. Ce sera une bataille d'idées, dit-il, soulignant le passé environnemental et militant d'Anjali Appadurai.

Il imagine que la militante pourrait s'avérer une option attrayante pour les membres du NPD qui se sont sentis déçus par le bilan environnemental du gouvernement à la suite de l'approbation du site C, du projet de GNL et de l'exploitation des forêts anciennes.

Adam Olsen, député du parti vert de Saanich North et des îles, dit observer attentivement comment ce défi pour le leadership va bouleverser les discussions autour de l'environnement pendant la course, affirmant que David Eby représente le statu quo.

Pendant de nombreuses années, le NPD de la Colombie-Britannique a été considéré comme suffisamment bon en matière d'environnement, et clairement, assez bon n'est pas assez bon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !