•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tracadie fait face à deux nouvelles poursuites

Jimmy Thibodeau.

L'ancien chef pompier par intérim de Tracadie, Jimmy Thibodeau, intente une poursuite contre la Municipalité régionale de Tracadie.

Photo : Radio-Canada / René Landry

La Municipalité régionale de Tracadie fait face à deux avis de poursuite. La première vient de l’ancien chef pompier intérimaire Jimmy Thibodeau et la deuxième porte sur la démolition d’un terrain de jeu contaminé près d’une école primaire, selon des documents déposés à la Cour du Banc de la Reine à Bathurst et obtenus par Radio-Canada Acadie.

Le dossier de Jimmy Thibodeau est lié à la saga entourant le congédiement jugé injustifié du chef pompier Denis Savoie en 2017 et qui s’est terminée par une entente à l’amiable au début de 2022.

Celui de l’aire de jeu met à l’avant-plan le conseil d’éducation du District scolaire francophone Nord-Est (DSFNE) et le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance contre la Ville, la firme MSC Multi-services Consultants, les Excavations Losier et les architectes Mathieu Boucher Côté et Marika Drolet-Ferguson.

Harcèlement et intimidation

Jimmy Thibodeau affirme avoir subi de l’abus de pouvoir, de l’ingérence politique, du harcèlement et de l’intimidation durant 10 années en tant que pompier à divers niveaux, dont en tant que chef adjoint et chef par intérim.

Denis Savoie, Jimmy Thibodeau et Henri Battah
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ex-chef pompier, Denis Savoie, l'ex-assistant-chef pompier, Jimmy Thibodeau, et l'ex-directeur des finances de Tracadie, Henri Battah, en novembre 2021.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Ces gestes de harcèlement et d’intimidation auraient été faits par des pompiers de la brigade de Tracadie et des conseillers municipaux, selon ses propos.

Il s’est dit victime d’une restructuration municipale survenue en décembre 2019, alors que son emploi et le poste qu’il occupait ont été éliminés.

Jimmy Thibodeau affirme également que ces actions reprochées lui ont causé de l'anxiété sérieuse, de la dépression, de la détresse mentale, de l’insomnie, des problèmes de santé graves et endommagé sa réputation à l’intérieur de sa profession.

Il reproche à la Municipalité régionale de Tracadie d’avoir notamment permis le harcèlement et l’intimidation à son endroit au point de demander des soins médicaux.

L’ancien pompier demande une indemnisation équivalente à 12 mois de salaire et toute autre somme en dommages-intérêts généraux et spéciaux que la cour estimera juste.

Joint par Radio-Canada Acadie, Jimmy Thibodeau a refusé de faire des commentaires.

Aire de jeu polluée

Quant à l’aire de jeu, elle avait été construite dans la cour de l'école primaire Le Tremplin au coût de 250 000 $ en 2017. Il était jugé écoéducatif. Il a toutefois été déterminé que les poteaux électriques utilisés pour certaines sections étaient contaminés par des produits pétroliers, à la fin de 2020.

La démolition du parc en janvier 2021 aurait coûté un peu plus de 200 000 $.

Le Conseil d’éducation du DSFNE et le ministère soutiennent que la Ville a refusé de prendre toutes actions nécessaires pour remédier à la situation , soit de démolir le parc.

Les deux demandeurs ont donc démoli la structure au coût de 204 625 $ et rappellent que la Ville était responsable de la gestion, la construction, l’installation et/ou la mise en place du parc écoéducatif .

Ils ajoutent que la Ville a été négligente à plusieurs reprises dans ce dossier et que son comportement constitue une rupture de contrat.

Le Conseil d’éducation du DSFNE et le ministère demandent des dommages-intérêts spéciaux, sans en préciser le montant, pour les frais et les coûts raisonnables engagés dans la démolition du parc écoéducatif, la remise du terrain en bon état et sans danger ainsi que pour l’installation d’une nouvelle aire de jeu.

Joint par Radio-Canada Acadie, le maire de Tracadie, Denis Losier, n’a pas voulu faire de commentaires. Il a indiqué que les deux poursuites sont entre les mains des conseillers juridiques de la Municipalité.

Notre demande d’information au DSFNE n’avait pas abouti mercredi en fin d’après-midi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.