•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un expert réclame des enquêtes supplémentaires sur Legacy Christian Academy

L’école Legacy Christian Academy s’appelait Christian Centre Academy de son inauguration en 1984, jusqu’en 2013.

Selon le directeur de l'exploitation et registraire de la Commission de réglementation des enseignants professionnels de la Saskatchewan, Trevor Smith, la couverture médiatique peut inciter la SPTRB à prendre des mesures de son propre chef.

Photo : Radio-Canada / Travis Reddaway

Radio-Canada

Dennis Kendel, auteur du rapport qui a mené à la création de la Commission de réglementation des enseignants professionnels de la Saskatchewan (SPTRB), réclame des enquêtes de la part de cette dernière et du ministère de l'Éducation, suite aux allégations d’agressions physiques et psychologiques portées par d’anciens élèves contre la Legacy Christian Academy.

Cet ancien membre de l’Ordre des médecins et des chirurgiens de la Saskatchewan a des doutes sur la façon dont les allégations liées à la Legacy Christian Academy sont traitées.

En 2013, Dennis Kendel a rédigé un rapport sur la façon dont les enseignants devraient être réglementés dans la province. Ses recommandations ont mené à la création de la Commission de réglementation des enseignants professionnels de la Saskatchewan en 2015.

Dennis Kendel se dit préoccupé par le fait que le ministre de l'Éducation, Dustin Duncan, insiste sur le fait qu'aucune enquête provinciale n'aura lieu tant que la police n'aura pas terminé sa propre enquête sur cette affaire.

Le Dr Dennis Kendel,  lors d'une conférence de presse.

En 2013, Dennis Kendel a rédigé un rapport sur la façon dont les enseignants devraient être réglementés dans la province. Ses recommandations ont mené à la création de la Commission de réglementation des enseignants professionnels de la Saskatchewan, en 2015.

Photo : (Trent Peppler/CBC)

« Il serait certainement inacceptable de permettre à un professionnel de continuer à exercer sa profession pendant qu'une enquête policière se poursuit pendant une période prolongée. »

— Une citation de  Dennis Kendel, auteur d’un rapport sur la réglementation du métier des enseignants en Saskatchewan

Dennis Kendel affirme qu’il n'est pas raisonnable de rester les bras croisés et de ne rien faire avant la fin de l’enquête policière.

Il ajoute que chaque organisme de réglementation professionnelle suspend généralement un membre qui fait l'objet d'accusations afin de garantir la protection du public et de l'industrie. Ce n’est pas le cas dans l’affaire de la Legacy Christian Academy, déplore-t-il.

Pas de commentaires de la SPTRB

Le directeur de l'exploitation et registraire de la Commission de réglementation des enseignants professionnels de la Saskatchewan (SPTRB), Trevor Smith, indique que la politique et les lois sur la protection de la vie privée ne permettent pas à l’organisme de confirmer si les enseignants font l'objet d'une enquête.

C'est fait pour protéger l'intégrité du processus pour toutes les personnes concernées jusqu'à ce qu'une décision soit prise, déclare-t-il.

Trevor Smith dit reconnaître que la couverture médiatique peut inciter la SPTRB à prendre des mesures de son propre chef.

S'il y a eu une publication dans les médias, par exemple, au sujet d'un ou de plusieurs enseignants qui allèguent une mauvaise conduite et que la SPTRB n'a reçu aucune plainte, alors le conseil d'administration peut solliciter une enquête.

Trevor Smith souligne toutefois la plupart des cas qui font l'objet d'une enquête résultent d'une plainte officielle déposée par un particulier. Les enquêtes peuvent également être déclenchées lorsqu'un enseignant est reconnu coupable d'un crime.

Des problèmes liés à la certification des enseignants

Dennis Kendel remet aussi en question les qualifications des enseignants de la LCA. Une absence de qualification signale un sérieux problème auquel le gouvernement, le ministère de l'Éducation, doit remédier, déclare-t-il.

Dans une déclaration envoyée par courriel à CBC, le ministère de l'Éducation dit que la loi exige que les écoles indépendantes qualifiées comme la LCA n'engagent que des enseignants titulaires d'un certificat professionnel A et inscrits auprès de la SPTRB.

Le Ministère a déclaré que le personnel des 21 écoles indépendantes qualifiées ne comptent que des enseignants certifiés, mais que des enseignants non certifiés peuvent encore être présents.

L'école peut employer d'autres membres du personnel et des enseignants professionnels A dans des rôles non pédagogiques qui doivent être sous la supervision de l'enseignant enregistré auprès de la SPTRB, indique le communiqué.

Les victimes interrogées par CBC se disent convaincues que des enseignants non certifiés travaillent à Legacy Christian Academy.

Elles affirment qu'une recherche dans la base de données publique de la SPTRB ne permet pas de trouver certains enseignants de cette école.

Avec les informations de Patrick Book

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !