•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Pavillon africain de Folklorama est de retour dans la joie et la bonne humeur

Une jeune fille qui sourit.

Immaculata Munachiso Nwadike est l'ambassadrice du Pavillon africain.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

La deuxième semaine de Folklorama bat son plein pour ce retour en présentiel, 12 nouveaux pavillons étant à l’honneur cette semaine, dont le Pavillon africain.

Il s’agit d’un retour en présentiel attendu pour les organisateurs et bénévoles du Pavillon africain, présent au Folklorama depuis presque 50 ans.

C’est un moyen de m’engager dans la communauté et c’est une opportunité pour rencontrer des gens surtout que les gens ont été chez eux enfermés durant deux ans. C’est le fun de voir des gens sortir de chez eux, déclare Franck Indome, qui est volontaire depuis 20 ans au Pavillon africain.

Homme souriant dans une salle remplie de monde.

Franck Indome est bénévole pour le Pavillon africain depuis 20 ans.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

À l’origine, le Pavillon africain avait pour objectif de rassembler les migrants d’Afrique, qui étaient peu nombreux à Winnipeg il y a 50 ans.

Quand les premiers sont arrivés ici en tant que migrants d’Afrique, nous étions vraiment peu nombreux et très peu de pays représentés. C’est la raison pour laquelle nous avons voulu nous regrouper pour former comme un pays sur le continent, explique l’organisatrice du Pavillon africain, Florence Okwudili.

Femme souriant.

Florence Okwudili est l'organisatrice du Pavillon africain depuis 12 ans.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

Aujourd’hui, le Pavillon africain est toujours un moyen de se rassembler. Même si le nombre de migrants continue d’augmenter avec l’immigration, personne ne veut arrêter, car nous continuons à aimer ce pavillon et à être tous ensemble, déclare Florence Okwudili.

Le Pavillon africain est aussi un moyen de se reconnecter avec sa culture, notamment grâce à la cuisine préparée sur place.

« L’une des choses que nous essayons de faire ici est d’apporter de la nourriture traditionnelle pour nous donner l’impression d’être à la maison. […] Cela nous maintient dans notre culture. »

— Une citation de  Florence Okwudili, organisatrice du Pavillon africain

Au programme de la soirée : de la gastronomie africaine, un marché africain et un spectacle qui lie danses et drum café (comme espace de création) invitant les spectateurs à interagir avec les artistes sur scène.

Quatre hommes avec des tambours et djembé.

Au programme du spectacle présenté par le Pavillon africain, un concert de drum café.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

Table sur laquelle sont posés des instruments de musique et des sculptures en bois. Au mur, des affiches et des images représentant des fruits et une carte de l'Afrique.

Le marché du Pavillon africain propose des produits provenant d'Afrique comme des instruments de musique, du tissu, des sculptures en bois et des œuvres d'art.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

Le Pavillon africain joue plusieurs rôles pour les organisateurs.

Daniel Okedara, un des ambassadeurs du Pavillon africain, dit qu'il permet de découvrir la culture africaine.

Pour les migrants, c’est important, car ils viennent et peuvent se reconnecter à leur culture. Avec l’esprit ouvert, on peut découvrir et apprendre beaucoup de choses. Des gens peuvent venir voir le spectacle, et cela peut leur donner envie de visiter cet endroit. Le Pavillon est très important pour comprendre la culture et faire partie de quelque chose de plus grand qu’eux, explique Daniel Okedara.

Homme debout souriant.

Daniel Okedara fait partie de l'équipe des ambassadeurs du Pavillon africain.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

Le Pavillon africain est un symbole pour montrer qui nous sommes et comment nous vivons la vie en Afrique , affirme pour sa part Florence Okwudili.

Nous avons tellement de défis, mais nous essayons de garder un bon moral. Nous essayons de ne pas penser à ce qui vient ensuite et d'être heureux dans le moment présent. Et la joie, c’est ce que vous voyez ici dans notre spectacle et dans ce pavillon. Ici, nous essayons de transmettre nos valeurs de liberté et d’humanité, confie l’organisatrice du Pavillon africain.

Ces valeurs semblent avoir touché les spectateurs, qui ressortent avec le sourire.

« C’était très bien, beaucoup d’énergie… La musique, la danse, nous rassemble tous ensemble »

— Une citation de  Francine Roy, festivalière
Femme souriant.

Francine Roy profite des pavillons proposés par Folklorama.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

En tant qu’ambassadeur, Daniel Okedara a un conseil à donner aux visiteurs du Pavillon africain.

Mon conseil est de venir tôt, car il y a beaucoup de gens. Cela permet aussi de profiter du marché. Et puis, il y a beaucoup de queue pour s’acheter à manger. Il y a beaucoup de choses à faire avant que le spectacle ne commence, explique Daniel Okedara.

Le Pavillon africain est à découvrir ou à redécouvrir jusqu’au 13 août dans le quartier de Saint-Boniface.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !