•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier meurtrier en Nouvelle-Écosse est envoyé en justice réparatrice

Une pancarte indiquant l'entrée de la Cour d'appel et de la Cour suprême de la province.

Un juge de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse envoie pour la première fois un meurtrier au programme de justice réparatrice (archives).

Photo : Radio-Canada / Anjuli Patil

La Presse canadienne

Un juge de la Nouvelle-Écosse a dirigé un homme condamné pour meurtre vers le programme de justice réparatrice pour la première fois dans l'histoire de la province.

Dans une décision publiée mardi, le juge de la Cour suprême de Nouvelle-Écosse Kevin Coady a insisté sur le fait que ce programme n'aura aucune incidence sur la peine de prison à vie imposée à Brandon Jake Hollohan le 21 mars dernier.

Brandon Jake Hollohan a été condamné pour le meurtre au deuxième degré de Deborah Irene Yorke, commis en janvier 2018.

Le juge Coady a souligné que tout élément de preuve émanant du processus de justice réparatrice pourrait être soumis lors d'éventuelles audiences pour une libération conditionnelle, mais elles ne détermineront pas l'issue de l'audience puisque les conditions liées à la sentence à perpétuité vont continuer de s'appliquer.

Une prochaine audience prévue pour septembre déterminera à quel moment le meurtrier sera admissible à une demande de libération conditionnelle. La loi prévoit que la peine minimale d'emprisonnement dure entre 10 et 25 ans.

Pour justifier sa décision d'inscrire le détenu au programme de justice réparatrice, le juge a dit que ça aiderait Brandon Jake Hollohan dans son processus de réhabilitation en vue de son éventuel retour dans la société à la fin de sa détention.

Selon la décision du juge, il reste maintenant à déterminer quel rôle voudront jouer les proches de la victime dans le processus.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.