•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pourvoiries dénoncent l’arrêt de l’aide financière pour les vols nolisés

L'aéroport de l'île d'Anticosti.

Sur l’île d’Anticosti, la pourvoirie du Lac-Geneviève indique que 27 % de sa clientèle bénéficiait de ce remboursement chaque automne, ce qui représente plus de 130 voyageurs (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Des pourvoiries nord-côtières dénoncent l’arrêt de l’aide financière de Québec pour des déplacements effectués sur des vols nolisés par des résidents des régions éloignées.

Depuis le 9 mai dernier, les déplacements par vol nolisé ne sont plus partiellement remboursés dans le cadre du Programme de réduction des tarifs aériens. Le gouvernement du Québec offrait auparavant une aide financière de 30 ou 40 % pour le recours à ce moyen de transport.

Sur la Côte-Nord, ces vols sont très prisés par les chasseurs par et les pêcheurs qui se rendent en Minganie et en Basse-Côte-Nord.

Un chasseur guette l'horizon. Un autre chasseur pointe le bras de côté.

Des chasseurs de chevreuil sur l'île d'Anticosti (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

C’est à Kegaska que la route 138 prend fin, rappelle le président de l’Association des pourvoiries de la Côte-Nord, Charles Pinard.

Quand on parle de la Minganie, de la Basse-Côte-Nord et de l’île d’Anticosti [...], pour venir dans cette partie de notre Côte-Nord, nos clients doivent venir en avion. Ils n’ont pas le choix, dit M. Pinard.

Charles Pinard en entrevue devant une forêt au printemps.

Le président de l’Association des pourvoiries de la Côte-Nord, Charles Pinard, indique qu’il représente un total de 55 pourvoiries sur la Côte-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada

Bien que plusieurs chasseurs et pêcheurs proviennent du Grand Montréal et peuvent bénéficier des billets d'avion à 500 $, les pourvoiries en Basse-Côte-Nord et en Minganie comptent elles aussi financièrement sur des touristes des autres régions éloignées québécoises.

Le préfet de la Minganie, Luc Noël, estime que plus de 20 % des clients de certaines pourvoiries nord-côtières bénéficiaient de ce rabais.

« [De 20 à 25 %], c’est très peu de clientèle pour le gouvernement, mais cette clientèle est importante pour les pourvoiries. Elle arrondit les fins de mois des pourvoyeurs. »

— Une citation de  Luc Noël, préfet de la Minganie
Luc Noël, préfet de la MRC de la Minganie.

Luc Noël, préfet de la MRC de la Minganie (archives)

Photo : Radio-Canada

Avec aussi l'augmentation du prix de l’essence, des gens vont peut-être se priver de loisirs comme la chasse et la pêche. Mais économiquement, ce sont nos pourvoyeurs sur la Côte-Nord qui vont en payer le prix, ajoute le préfet.

L’industrie touristique d’Anticosti mise en danger?

Sur l’île d’Anticosti, la pourvoirie du Lac-Geneviève indique que 27 % de sa clientèle bénéficiait de ce remboursement chaque automne, ce qui représente plus de 130 voyageurs.

C’est déjà dispendieux de venir sur l’île d’Anticosti. Le fait que les clients n’ont plus le droit au rabais, ça peut peut-être dissuader certaines personnes de continuer à fréquenter Anticosti, affirme le directeur général de la pourvoirie du Lac-Geneviève, Pierre Lapointe.

Un chalet sur île d'Anticosti.

La pourvoirie du Lac-Geneviève, située sur l'île d'Anticosti, accueille plusieurs de ses touristes dans des chalets.

Photo : Gracieuseté de Pierre Lapointe

Peu importe le pourcentage de gens qui utilisaient ce genre de rabais, c’était des clients, [dont plusieurs qui sont] des clients récurrents. Moi, j’ai un copain à Baie-Comeau que ça fait 25 ans qu’il va à l’île d’Anticosti de cette manière-là. Cette année, il y retourne, mais il va y penser l’année prochaine, lance Charles Pinard.

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a répondu par écrit que les déplacements effectués sur des vols nolisés ne sont plus admissibles à un remboursement dans l’objectif de favoriser les déplacements effectués sur des vols réguliers[ainsi que] d’améliorer la fréquence et le coût de ceux-ci.

Des pourvoiries de la Côte-Nord souhaitent le retour de l’aide financière pour les vols nolisés. Elles espèrent que les chasseurs et les pêcheurs seront tout de même au rendez-vous cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !