•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chefs héréditaires wet’suwet’en accueillis par des Autochtones au Manitoba

La cheffe héréditaire Janet Williams le 9 juillet 2022 au Manitoba.

La cheffe héréditaire Janet Williams.

Photo : Radio-Canada / Justin Fraser

Radio-Canada

En pleine tournée canadienne pour attirer l’attention sur leur combat contre un projet de pipeline en Colombie-Britannique, les chefs héréditaires wet'suwet'en ont été accueillis mardi soir par des chefs autochtones du Manitoba.

Les chefs héréditaires effectuent une tournée de 18 jours pour faire part de leurs inquiétudes et expliquer leur bataille pour la souveraineté territoriale en Colombie-Britannique, où certains membres de la nation Wet'suwet'en occupent un chantier de construction de Coastal GasLink.

Le projet de 6,6 milliards de dollars s’étend sur 670 kilomètres et doit acheminer du gaz naturel dans le secteur de Dawson Creek, dans le nord de la Colombie-Britannique.

Ma plus grande inquiétude, c’est que, une fois que ce pipeline sera construit, nous ne pourrons plus boire l’eau. Elle sera contaminée. Nous sommes aussi très inquiets pour notre poisson, a déclaré la cheffe héréditaire Janet Williams.

Le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique et les 20 conseils élus des Premières Nations le long du tracé du pipeline ont approuvé le projet, dont la nation Wet'suwet'en, mais les chefs héréditaires affirment que le projet nécessite également leur consentement.

Selon leur loi, qui date d’avant la Loi sur les Indiens, les chefs ont autorité sur plus de 22 000 kilomètres carrés de territoire ancestral où le pipeline doit passer.

Des Autochtones du Manitoba solidaires

Kateri Saabe Ikwe Phillips, de la Première Nation de Hollow Water, fait partie d’un groupe de défenseurs de terres au Camp Morningstar depuis 2019. Ce camp sacré situé sur la rive est du lac Winnipeg a été installé en réponse à un projet de mine de sable siliceux à proximité, qui menacerait un terrain communautaire de piégeage ainsi que l'environnement.

Kateri Saabe Ikwe Phillips a profité du passage des chefs héréditaires pour affirmer que ceux-ci étaient au Manitoba parce qu'ils n'avaient pas été consultés au sujet d'un projet majeur sur leur territoire. Nous, membres du Camp Morningstar, nous sommes aussi ici pour représenter les membres de la communauté qui n’ont pas été consultés , a-t-elle ajouté.

Être solidaires avec les Wet'suwet'en et le Camp Morningstar, c’est très important pour montrer aux autres que nous sommes toujours là, que nous nous battons toujours et que nous défendons toujours la terre, a-t-elle conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !