•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington révèle un plan iranien pour assassiner un ex-haut responsable américain

John Bolton.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche John Bolton

Photo : Associated Press / Emily Michot

Agence France-Presse

La justice américaine a révélé mercredi un complot dirigé par un membre des Gardiens de la révolution iraniens pour assassiner John Bolton, un ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche.

Le département américain de la Justice a précisé dans un communiqué que Shahram Poursafi, alias Mehdi Rezayi, 45 ans, était inculpé par contumace pour avoir offert le versement de 300 000 $ à des individus aux États-Unis pour tuer John Bolton, qui a également été ambassadeur des États-Unis à l'ONU, apparemment pour venger la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué en janvier 2020 dans une frappe américaine.

Le complot a été dévoilé aux autorités par la personne censée assassiner M. Bolton, dont l'identité n'a pas été révélée.

Selon le communiqué, entre octobre 2021 et avril 2022, Shahram Poursafi a contacté cette source confidentielle en utilisant une messagerie chiffrée. Il lui a donné des instructions pour localiser, photographier puis tuer M. Bolton, considéré comme un faucon, voire un va-t'en-guerre, dans le dossier iranien.

Shahram Poursafi sur l'avis de recherche du FBI.

L'avis de recherche du FBI montre l'Iranien Shahram Poursafi après que les États-Unis l'ont accusé de préparer le meurtre de John Bolton à Washington.

Photo : Reuters / FBI

Il lui a ordonné d'ouvrir un compte en cryptomonnaie, puis il lui a donné l'adresse professionnelle de l'ancien conseiller de Donald Trump avant de le presser de mettre le plan à exécution avant le premier anniversaire de la mort de Soleimani.

Le puissant général iranien, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, était le chef de la Force Qods, l'unité chargée des opérations extérieures au sein des Gardiens de la révolution. Il a été tué le 3 janvier 2020 dans une frappe de drone à Bagdad.

Une fois la date anniversaire passée, Shahram Poursafi a continué à pousser cette source confidentielle à tuer M. Bolton en lui promettant un autre contrat d'un million de dollars si la première opération réussissait.

Le FBI a publié un avis de recherche de Poursafi avec plusieurs photos, dont deux qui le montrent revêtu de l'uniforme des Gardiens de la révolution.

Lors de leurs échanges, la source confidentielle a plusieurs fois fait référence à Poursafi comme étant lié à la Force Qods. Poursafi n'a jamais nié, a noté la justice américaine.

S'il est arrêté – ce qui est peu probable, car il semble se trouver en Iran –, Shahram Poursafi risque jusqu'à 25 ans de prison aux États-Unis.

Mike Pompeo, deuxième cible?

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump d'avril 2018 à septembre 2019, considérait l'accord nucléaire de 2015 comme une erreur stratégique majeure. Il avait publiquement soutenu la décision de M. Trump de retirer les États-Unis de ce pacte, connu sous son sigle anglais JCPOA, qui vise à garantir le caractère civil du programme nucléaire de l'Iran.

L'acte d'accusation précise que M. Bolton avait été informé du complot et a coopéré avec les enquêteurs, permettant que des photos de lui prises à l'extérieur de ses bureaux à Washington soient envoyées à M. Poursafi.

Dans un communiqué, John Bolton a qualifié les responsables iraniens de menteurs, de terroristes et d'ennemis des États-Unis, appelant le président Joe Biden à ne pas réintégrer l'accord avec l'Iran.

L'actuel conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Jake Sullivan, a pour sa part tweeté que Téhéran s'exposait à des conséquences graves s'il s'attaquait à des responsables américains présents ou passés.

La justice américaine n'a pas dévoilé l'identité de la deuxième cible, mais selon le site Axios, il s'agit de l'ex-chef de la diplomatie Mike Pompeo. Citant une source proche de lui, Axios a précisé que le département de la Justice lui avait confirmé directement qu'il était une des cibles de Shahram Poursafi.

Avec John Bolton, M. Pompeo a été un des principaux artisans de la politique de pression maximale sur l'Iran de l'administration Trump.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !