•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Raymond Briggs, illustrateur de l’album Le bonhomme de neige

Vêtu d'un complet vert, l'illustrateur Raymond Briggs est assis sur une chaise pliante à côté d'une personne déguisée en bonhomme de neige qui se prélasse sur une chaise similaire.

Raymond Briggs est décédé à l’âge de 88 ans.

Photo : afp via getty images / SHAUN CURRY

Agence France-Presse

Celui qui a enchanté des générations d’enfants avec l’album Le bonhomme de neige, l’illustrateur britannique Raymond Briggs, est décédé à l’âge de 88 ans. C’est sa famille qui en a fait l’annonce mercredi.

Nous savons que les livres de Raymond ont touché des millions de personnes à travers le monde. Plusieurs seront tristes d’apprendre cette nouvelle, ont indiqué ses proches dans un communiqué.

Le bonhomme de neige, album sans texte paru en 1978, délicatement dessiné aux crayons de couleur, est son œuvre la plus connue - elle a été vendue à 5,5 millions d’exemplaires. Elle a pour héros un jeune garçon aux cheveux roux dont le bonhomme de neige construit de ses mains prend vie.

L’histoire a été adaptée en film d’animation en 1982, et le chanteur David Bowie y figurait en introduction. Le film et sa musique inoubliable restent depuis associés à la magie de Noël.

Raymond chérissait les dessins des personnes qui l’admiraient, en particulier ceux des enfants, et les accrochait sur le mur de son studio, a raconté sa famille.

Toutes les personnes proches de lui connaissaient son humour irrévérencieux, qui pouvait se révéler mordant quand c’était dirigé vers des gens de pouvoir. Il aimait le fait que le journal The Guardian le décrive comme un trésor national, peut-on lire aussi dans le communiqué.

Sa vie comme source d’inspiration

Les œuvres les plus célèbres de Raymond Briggs sont inspirées de sa vie et dépeignent l’Angleterre de son enfance, dans les années 1930 et 1940 à Wimbledon, dans le sud-ouest de Londres.

Elles évoquent l’histoire de la société britannique du 20e siècle et reflètent les classes sociales, l’éducation et l’évolution de la politique de l’époque.

Sacré père Noël, sorti en 1973, est le premier grand succès de Raymond Briggs. Dans cet album, le père Noël est un vieil homme irascible qui déteste le froid et la neige, et qui trouve bien pénible la livraison de cadeaux.

Fungus the Bogeyman, un autre classique paru en 1977, a pour héros une créature peu ragoûtante en proie à des angoisses existentielles. L’illustrateur a confié s’être inspiré de lui-même, un homme d’âge moyen misérable, désabusé et déprimé, pour créer ce personnage.

Plus récemment, en 2019, Raymond Briggs avait évoqué le vieillissement et la mort dans un album mélancolique, Time for Lights Out. Il collaborait aussi avec The Oldie, un magazine créé comme une joyeuse solution de rechange à une presse obsédée par la jeunesse et la célébrité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !