•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laboratoires médicaux : les perturbations dans les services pourraient encore s’aggraver

Vue aérienne de l'hôpital général de Regina.

Le manque de personnel dans les laboratoires médicaux a un impact sur les soins de santé dans les hôpitaux en Saskatchewan. (archives)

Photo : CBC/Cory Herperger

Radio-Canada

Selon la Société canadienne de science de laboratoire médical, les perturbations dans les services des laboratoires médicaux en Saskatchewan en raison du manque de personnel pourraient se prolonger.

Les perturbations dans les hôpitaux de la Saskatchewan sont en bonne partie liées aux services de laboratoire des centres médicaux de la province, selon l’information offerte sur le site web de l'Autorité de la santé de la province. Et la pénurie de personnel en est la cause, comme l'affirme la Société canadienne de science en laboratoire médical, l'organisme qui regroupe et certifie les technologues.

La présidente-directrice générale de l’organisme, Christine Nielsen, affirme que ce problème n’est pas nouveau.

Christine Nielsen, photographiée en gros plan, sourit.

Christine Nielsen, présidente-directrice générale de la Société canadienne de science de laboratoire médical.

Photo : Radio-Canada / fournie par la Socitété canadienne de science de laboratoire médical

Cela fait plus de 10 ans que nous appréhendons cette situation, que nous voyons ce qui s’en vient, a-t-elle déclaré cette semaine en entrevue à CBC.

Selon elle, les gouvernements provinciaux n'ont pas fait grand-chose pour régler le problème, et la pandémie de COVID-19 l’aurait exacerbé.

Elle a affirmé que, si rien n'était fait, la pénurie pourrait s'aggraver dans les années à venir en Saskatchewan.

Les tests en laboratoire ont été l’un des outils les plus importants pendant la pandémie de COVID-19. La Saskatchewan a déclaré avoir traité jusqu'à 9829 tests de dépistage du virus en 24  heures à l'apogée de la pandémie.

Toutefois, cette situation a eu des conséquences pour les techniciens en laboratoire médical, qui ont dû mettre d'autres tâches de côté pour traiter les tests antigéniques de la COVID-19.

Si cette pression s'est allégée depuis, l’épuisement mental et physique demeure un problème. Selon Christine Nielsen, les technologues de la province effectuent encore de longues journées de travail en raison de la pénurie de personnel.

Un nombre insuffisant de diplômés

La Société canadienne de science en laboratoire médical comptait 778 membres actifs en Saskatchewan en 2020. Il y en a 739 cette année.

Christine Nielsen explique que, parmi ceux-ci, 85 ont entre 60 et 69 ans, soit l’âge de la retraite. Même ceux qui sont plus jeunes pourraient vouloir prendre leur retraite plus tôt en raison du stress causé par la pandémie, ajoute-t-elle.

De plus, le nombre de diplômés du programme en technologie de laboratoire médical à l’école Polytechnique de la Saskatchewan pourrait ne pas être suffisant pour remplacer les professionnels qui prennent leur retraite.

Selon l’établissement, seulement 40 étudiants sont acceptés dans ce programme de deux ans et demi chaque année.

Christine Nielsen demande donc que le programme soit élargi et que plus de personnes soient admises afin de lutter contre la pénurie de personnel.

Elle suggère aussi d’ouvrir un deuxième établissement pour ce programme dans les régions rurales de la province. Cela permettrait de recruter des personnes qui souhaitent rester dans des collectivités rurales, qui font face aux plus grands défis.

Mercredi après-midi, il y avait 38 offres d’emploi en Saskatchewan pour des techniciens de laboratoire médical et des assistants de laboratoire médical, réglementés par la Société canadienne de science de laboratoire médical.

Cela ne comprend pas les postes combinés de techniciens de laboratoire et de radiologie, qui sont aussi recherchés. À l’heure actuelle, 54 offres d'emploi sont affichées pour ces postes combinés.

D’après les informations d’Alexander Quon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !