•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre à Stoneham : les proches du jeune Marocain sous le choc

Portrait en noir et blanc d'Achraf Thimoumi, un jeune homme portant des lunettes de vision, souriant pour la caméra. Il a des broches et les cheveux bouclés.

Achraf Thimoumi est arrivé à Montréal en 2019.

Photo : Facebook

Audrey-Maude Vézina

La famille et les amis d'Achraf Thimoumi, retrouvé mort dans une voiture lundi à Stoneham, étaient choqués d’apprendre son décès. Ils ne comprennent pas ce qui s’est passé ni ce qu'il faisait à Québec.

« C'était vraiment un bon gamin. [...] J'ai peur en fait que ce soit un enfant qui est un peu naïf et qui est entré dans quelque chose de mauvais qui a malheureusement fini comme ça. Avec les amis, c'est l'impression qu'on a. »

— Une citation de  Thibault Poret, ami d'Achraf Thimoumi et l'un des fondateurs de Wheel Heads Montréal

Il souligne entre autres que peu de gens l'avaient croisé dans les derniers temps et que le jeune Marocain avait commencé à disparaître d’Internet, en supprimant notamment ses publications Instagram.

Thibault Poret et les compagnons de vélo d'Achraf Thimoumi vont lui rendre hommage dans les prochains jours en organisant une sortie dans les rues de Montréal.

Une communauté soudée

La communauté marocaine et maghrébine a également été surprise d’apprendre la mort d'Achraf Thimoumi. C’est le cas de Rachid Najahi, journaliste chez Atlas Montréal.

C'est un choc pour nous en tant que membres de la communauté, pour la famille, pour les parents. On n'arrive pas à expliquer ce qui s'est passé au juste. C’était un jeune garçon timide, tranquille, sans problème. Le gars était toujours souriant. Et là, on apprend qu'il a été tué. C'est choquant, confie Rachid Najahi à Radio-Canada.

Il est très impliqué dans la communauté dans ce genre de situation. Mon rôle à moi, c'est d'aider la famille au niveau des procédures pour rapatrier le corps au Maroc chez les parents. Les proches s'organisent actuellement pour amasser les fonds nécessaires.

Un étudiant de Montréal

Achraf Thimoumi est arrivé à Montréal en 2019. Il avait amorcé des études en soudure à l'Institut Teccart, une école de technologie. Il a ensuite décidé de changer de formation pour entreprendre un diplôme d’études professionnelles en mécanique automobile à l’Institut technique Aviron de Montréal. Il devait être de retour en classe mardi pour une nouvelle session.

La SQ est en mesure de confirmer qu'Achraf Thimoumi a été victime d'un meurtre, mais ne peut confirmer que c'est un meurtre par arme à feu. L'enquête se poursuit.

Avec la collaboration d'Audrey Paris et Louis-Simon Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !