•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats à la mairie des nouvelles municipalités au N.-B. se font discrets

Rachel Boudreau.

Rachel Boudreau, mairesse de Petit-Rocher, désire devenir maire de Belle-Baie, dans la région Chaleur.

Photo : Radio-Canada / Mario Mercier

Radio-Canada

Très peu de candidats se sont ouvertement prononcés pour briguer la mairie des nouvelles municipalités du Nouveau-Brunswick, à l’approche des élections du 28 novembre. « Normal », assure Yvon Godin, président de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB), car il existe encore trop d’inconnus dans la réforme municipale.

Plusieurs maires et élus ne se cachent pas pour dire qu’ils sont en réflexion, mais rares sont ceux et celles qui ont franchi le pas.

Maxime Lejeune, maire de Pointe-Verte, a confirmé qu’il tenterait sa chance dans la nouvelle municipalité régionale de Belle-Baie, dans la région Chaleur, tout comme Rachel Boudreau, mairesse de Petit-Rocher.

Jean-Guy Levesque, maire d’Atholville, a lui aussi fait part de ses intentions pour la Communauté régionale de Campbellton, au Restigouche. Il fera face à Ian Comeau, maire de Campbellton.

Le maire d'Atholville et candidat à la mairie de la Communauté régionale de Campbellton, Jean-Guy Levesque.

Le maire d'Atholville et candidat à la mairie de la Communauté régionale de Campbellton, Jean-Guy Levesque.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Dans Baie-des-Hérons, dans le Restigouche, les maires de Dalhousie, Normand Pelletier, et de Charlo, Gaétan Pelletier, seront candidats.

Roger Doiron, ancien maire de Richibucto, a aussi laissé savoir ses intentions pour Beaurivage, dans Kent.

Dans la Péninsule acadienne, il y a de l’intérêt de la part de plusieurs élus, mais aucun n'a franchi le pas de la candidature.

« On sait que des gens discutent, mais ils ne s’avancent pas tout de suite. Ils attendent. Ils veulent en connaître davantage sur le prochain cadre financier et sur les nouvelles équipes de direction. Une fois l’échiquier en place, ça va aider les personnes intéressées à prendre une décision. »

— Une citation de  Yvon Godin, maire de Bertrand et président de l'AFMNB

Nouveau cadre financier

Plusieurs interrogations sont encore sur la table, explique Yvon Godin.

Les deux prochaines années seront très difficiles, estime-t-il devant les nombreux défis qui attendent les nouvelles entités municipales.

Yvon Godin, maire de Bertrand, N.-B.

Yvon Godin, maire de Bertrand et président de l'Association francophone des municipalités du N.-B.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Le plus important défi touche la fiscalité. Le ministère des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale a implanté en mai un nouveau comité d’experts indépendant qui étudiera le système de subvention de financement et de péréquation communautaires au Nouveau-Brunswick et formulera des recommandations au gouvernement sur la façon de l’améliorer.

L'affiche de la Ville de Caraquet à l'entrée de la ville.

Aucun candiat se s'est encore avancé pour la mairie de la Municipalité régionale de Caraquet.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Leurs recommandations devant un nouveau cadre financier pour les municipalités devraient être connues vers la fin d’août. Ce cadre doit être adopté par l’Assemblée législative à Fredericton au début d’octobre et mis en place pour le 1er janvier 2023, date d’entrée en fonction des nouvelles municipalités.

Ce calcul sera essentiel, car selon M. Godin, sans une péréquation adéquate, 27 nouvelles municipalités vivront des problèmes financiers.

« C’est un grand souci au sein de l’AFMNB. Pour que les nouvelles municipalités soient viables, il aurait fallu leur assurer une assiette fiscale de 300 millions $, alors que la province l’a établie à 200 millions $ dans sa réforme. La province aurait pu respecter le critère des 300 millions $, quitte à réduire le nombre d’entités. Mais là, le tiers des nouvelles municipalités ne seront pas viables s’il n’y a pas une péréquation adéquate. »

— Une citation de  Yvon Godin, maire de Bertrand et président de l'AFMNB

Selon M. Godin, Fredericton est au courant de la situation et aurait pu réduire le nombre d’entités si ce critère issu du rapport de Jean-Guy Finn sur la gouvernance locale de 2008 avait été respecté.

Hésitations

Le fait de travailler avec une nouvelle équipe administrative peut faire hésiter certains candidats, continue Yvon Godin. Plusieurs nouvelles municipalités régionales travailleront avec un nouveau directeur général notamment.

Se lancer candidat à la mairie des nouvelles municipalités n’est pas une réflexion à prendre à la légère. Que l’on voit peu de candidats se prononcer jusqu’à maintenant est normal. Il y aura tellement de travail à faire dans les deux prochaines années. Ça va prendre une équipe solide, car ça ne sera pas facile. C’est pourquoi plusieurs attendent de prendre une décision, croit-il.

Les candidats ont jusqu’au 28 octobre pour faire part de leurs intentions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !