•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Port de Saguenay veut devenir de plus en plus vert

Un navire vient d'arriver au Port de Saguenay.

Les installations du Port de Saguenay

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Des représentants de Port de Saguenay prennent part, mercredi, à la première édition de l’initiative Enviro-Action, un projet novateur destiné aux zones industrialo-portuaires du Saint-Laurent Saguenay. L’activité se tient à Sept-Îles.

Le directeur général de Port de Saguenay, Carl Laberge, croit que la participation de l’administration portuaire lui permettra de se positionner comme précurseur de l'industrie dans le domaine de la protection de l’environnement et du développement durable.

Nous, on veut se positionner comme étant un leader en environnement et en développement durable. C’est important pour le développement de nos activités portuaires et pour assurer la pérennité de ce qu’on fait. On veut développer le Saguenay, mais on veut aussi le préserver , a mis en contexte Carl Laberge, en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Né à Sept-Îles, le projet Enviro-Action a séduit la direction de Port de Saguenay. Le projet vise à mieux connaître l’environnement marin des ports concernés en utilisant des appareils de mesure de l’eau et de l’air.

« On veut, à terme, utiliser l’intelligence artificielle et le traitement de données pour être capables de faire de la prédiction. Si on voit des changements dans l’environnement, on veut savoir si c’est dû à nos activités à nous ou à d’autres activités autour, parce qu’il n’y a pas juste les activités portuaires, pour être capable de se mettre en mode préventif et d’agir rapidement afin de préserver notre environnement. »

— Une citation de  Carl Laberge, directeur général, Port de Saguenay

Le projet se déploiera sur plusieurs années et implique, à ce stade, seulement les ports de Saguenay et de Sept-Îles. L’activité de mercredi a pour but de faire connaître l’initiative et ses objectifs et de susciter l’intérêt d’autres ports québécois.

Carl Laberge en entrevue.

Le directeur général de Port Saguenay, Carl Laberge, en entrevue.

Photo : Radio-Canada

L’événement grand public pourrait se tenir éventuellement à Saguenay. C’est du moins le désir de Carl Laberge et de son équipe.

Il ne s’agit pas de la première initiative du genre de Port de Saguenay, qui veut se démarquer comme une organisation verte. Récemment, des représentants d’un port danois sont venus à Saguenay pour partager leurs meilleures pratiques en matière environnementale. Les deux entités ont d’ailleurs conclu un protocole d’entente.

De nombreux défis

Chaque port québécois a des défis qui lui sont propres.

Nous, au Saguenay, on a nos enjeux à nous, comme le béluga, le bruit, la prévention de déversements d’hydrocarbures et les enjeux de voisinage. Au niveau du voisinage, on est chanceux parce que le port n’est pas situé au centre de la ville, comme c’est le cas à Sept-Îles , fait valoir le DG.

Enviro-Action demeure, pour l’instant, un projet pilote, mais ses promoteurs veulent en faire un événement permanent.

Actuellement, on est en validation du projet pilote. On est vraiment des précurseurs, avec la façon dont on le fait avec un modèle prédictif , enchaîne Carl Laberge.

En plus du projet, Port de Saguenay a choisi de s’impliquer dans la recherche scientifique. Avec l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et l’Université Laval, par l’entremise du Groupe de recherche sur l’écosystème du fjord (GREF), l’organisation s’engage à accroître ses connaissances sur le Saguenay et, notamment, mieux comprendre la chaîne alimentaire de certaines espèces protégées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !