•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La carte électorale fédérale pourrait changer de visage en Estrie

Un homme en vélo passe devant une affiche jaune d'Élections Canada plantée dans une pelouse.

Certains Estriens ne se retrouveront pas dans la même circonscription aux prochaines élections fédérales. (archives)

Photo : CBC / Ben Nelms

Radio-Canada

Cinq municipalités de l'Estrie pourraient être touchées par un redécoupage électoral en vue des prochaines élections fédérales. La Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour le Québec propose qu'un secteur de Sherbrooke et que les municipalités de Racine, Valcourt, Maricourt ainsi que le Canton de Valcourt changent de circonscription.

La modification à la carte électorale proposée concerne les circonscriptions de Sherbrooke, Compton—Stanstead, Richmond—Arthabaska, Shefford et Saint-Hyacinthe—Bagot.

Plus précisément, le secteur Ascot, à Sherbrooke, passerait de la circonscription de Sherbrooke à Compton—Stanstead. Actuellement dans Shefford, Racine serait plutôt incluse dans Richmond—Arthabaska. La circonscription de Saint-Hyacinthe—Bagot, pour sa part, verrait son territoire élargi à Valcourt, Maricourt et au Canton de Valcourt, qui sont pour le moment dans Shefford.

Modifications proposées à la carte électorale fédérale

Municipalité

Circonscription actuelle

Circonscription proposée

Sherbrooke (secteur d'Ascot)

Sherbrooke

Compton—Stanstead

Racine

Shefford

Richmond—Arthabaska

Valcourt

Shefford

Saint-Hyacinthe—Bagot

Maricourt

Shefford

Saint-Hyacinthe—Bagot

Canton de Valcourt

Shefford

Saint-Hyacinthe—Bagot

Les acteurs politiques partagés

En entrevue à Vivement le retour, mardi, le maire de Racine, Mario Côté, a fait part de son mécontentement face à cette proposition de redécoupage. À ses yeux, toutes les municipalités de cette région ont une affinité naturelle envers la circonscription de Shefford.

On a analysé ça avec le conseil municipal. [...] On s'oppose à cela. Autour de Racine, nous sommes sept municipalités qui travaillons ensemble énormément. On a des projets communs, on a une régie des incendies qui est la même. [...] On serait la seule municipalité de ces sept à avoir un député qui n'est pas le même.

« Quand tu as des demandes ou des suivis de projets à faire et que ça touche ces municipalités, c'est un peu embêtant de s'adresser à deux députés. »

— Une citation de  Mario Côté, maire de Racine

Selon le maire, cette modification n'est pas essentielle à l'équité électorale au Canada. À 1400 personnes, ça ne doit pas faire un si gros débalancement dans le nombre de personnes représentées par député. Pour l'instant, on ne voit pas ça d'un bon œil, ça fait plusieurs années qu'on est avec Shefford

La proposition ne réjouit pas non plus le maire de Valcourt, Pierre Tétrault. 

On est comme rajoutés [à la circonscription], donc ils vont avoir moins d’intérêt envers nous autres. En tout cas, c’est ce qu’on pourrait percevoir, craint-il.

La députée de Compton—Stanstead, Marie-Claude Bibeau, voit quant à elle d’un bon œil l’ajout potentiel du secteur Ascot à sa circonscription. 

Je dirais même qu’historiquement, ça a déjà fait partie du comté. J’ai souvent des occasions de participer à des événements avec eux de toute façon. Pour moi, c’est un naturel, c’est un voisin de Lennoxville, souligne-t-elle. 

Un ajustement qui n’a rien d’inhabituel

Un tel ajustement des circonscriptions n'a rien d’inhabituel, soutient la politologue à l’Université de Sherbrooke Joanie Bouchard. Elle rappelle qu'Élections Canada effectue cet exercice toutes les décennies.

« C’est une démarche qui est indépendante du politique. »

— Une citation de  Joanie Bouchard, politologue à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke

Ça prend en compte à la fois la question du poids démographique, et l’organisation de différentes communautés historiques. Aussi, les organisations géographiques par rapport à l’ensemble du territoire. C’est comme ça qu’on en arrive à un découpage de chaque province au Canada, explique-t-elle. 

La population sera appelée à donner son opinion sur ces propositions lors d'une consultation publique organisée par la Commission de délimitation des circonscriptions. Elle se tiendra le 5 octobre dès 9 h à l'hôtel Delta de Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !