•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le référendum sur la construction d’un vivier à Grande-Entrée est annulé

 Le village de Grande-Entrée avec des maisons et une église près de la falaise bordant la mer.

Les citoyens du secteur de Grande-Entrée n'auront finalement pas à se rendre aux urnes le 28 août (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le référendum prévu le 28 août sur la construction d'un vivier de homard dans le chemin des Fumoirs à Grande-Entrée n'aura finalement pas lieu, car le promoteur a trouvé un autre emplacement pour réaliser son projet.

Le promoteur du projet, Les Pêcheries S.B.L., a finalement pu acquérir un terrain attenant à la route 199, toujours à Grande-Entrée, où il compte construire son bâtiment.

Il s'agit d'un terrain qui appartenait à Construction J.F.M. pour lequel un usage industriel dérogatoire pour la construction et la réparation de bateaux avait déjà été accordé.

Le hangar qui se trouve actuellement sur le lot sera démoli pour laisser place à la construction d’un nouveau vivier, un projet de deux millions de dollars.

Un vieux bâtiment entouré de casiers de homard dans de longues herbes.

C'est sur le site occupé par un ancien hangar que le vivier sera construit.

Photo : Municipalité des Îles-de-la-Madeleine

La Municipalité estime que le projet, dans sa nouvelle mouture, permettra de revaloriser une propriété où il y a présence de nuisances et où l'on trouve un bâtiment en état de délabrement avancé.

En juin, un nombre suffisant de citoyens ont signé un registre pour demander la tenue d'un référendum sur le projet de construction initial qui devait prendre place dans un secteur résidentiel du chemin des Fumoirs, en vertu d'un règlement dérogatoire. Certains citoyens du secteur redoutaient, entre autres, l'impact visuel du bâtiment de même que le trafic et le bruit liés aux activités industrielles.

Le maire intérimaire des Îles-de-la-Madeleine, Gaétan Richard, se réjouit que le référendum puisse être évité, autant pour les dépenses publiques qui auraient été engendrées par le scrutin que pour l'unité du village.

C'est certain que d'éviter le référendum, on peut penser que c'est une bonne nouvelle, parce qu’on ne veut surtout pas diviser notre petit village qui est tissé assez serré, indique M. Richard.

« Trouver une solution qui fait en sorte qu'on n'aura pas à se présenter à un référendum, c'est gagnant-gagnant, autant pour le promoteur que pour la population. »

— Une citation de  Gaétan Richard, maire par intérim des Îles-de-la-Madeleine
Gaétan Richard lors d'une séance du conseil.

Jusqu'ici conseiller de Grande-Entrée, Gaétan Richard assume dorénavant les fonctions de maire intérimaire. Le maire Jonathan Lapierre s'est retiré du conseil municipal puisqu'il est candidat pour la Coalition avenir Québec en vue des prochaines élections provinciales.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le copropriétaire des Pêcheries S.B.L., Stéphane Fillion, est heureux de la tournure des événements.

On est vraiment contents, parce que là on peut aller de l'avant avec le projet, affirme M. Fillion. On se réjouit qu’on ait franchi l’étape du terrain. Maintenant, on vise les autres étapes pour arriver à temps pour la première semaine de pêche, le printemps prochain.

Les procédures des derniers mois ont resserré l’échéancier de l’entreprise, qui n’a plus l’autorisation de conserver ses homards vivants à l’eau au quai de Grande-Entrée.

On veut démolir le hangar d'ici septembre, puis commencer l’excavation pour faire la coulée de béton en octobre, indique M. Fillion. On vise une livraison d’un bâtiment préfabriqué en novembre. On espère que le bâtiment soit monté avant les Fêtes.

Une dérogation

Suivant la recommandation du comité consultatif d’urbanisme et d’environnement, le conseil municipal a autorisé une dérogation pour que la superficie du futur bâtiment dépasse ce qui est habituellement permis par le règlement de zonage.

Ce dernier limite un agrandissement à 50 % de la surface existante. Les élus ont toutefois autorisé que la superficie passe de 247 mètres carrés, c'est-à-dire les dimensions de l'ancien hangar, à 864 mètres carrés.

Si on accepte d’avoir un vivier dans le village, il faut accepter que ça vienne avec un bâtiment d’une certaine grandeur, affirme le maire intérimaire, Gaétan Richard. Ce dernier rappelle que Grande-Entrée est la capitale québécoise de la pêche au homard et que ce secteur est vital pour l'économie du village.

Des plans en 3D du futur vivier.

Voici les maquettes de la deuxième mouture du projet de vivier. La Municipalité a toutefois exigé plusieurs changements par rapport à ces esquisses, dont le déplacement de la rampe de chargement vers l'arrière ou les côtés du bâtiment, l'ajout d'une porte et de fenêtres sur la façade et le déplacement des conteneurs. Le couleur du revêtement sera aussi plus pâle.

Photo : Avec l'autorisation des Pêcheries S.B.L.

De plus, M. Richard estime que les activités saisonnières d’un vivier sont potentiellement moins dérangeantes que la réparation et de construction de bateaux qui étaient jusqu’ici autorisées sur le site.

Depuis quelque temps, le hangar servait uniquement à la confection de casiers à homard et non plus à la réparation de bateau, selon le nouvel acquéreur Stéphane Fillion.

Le projet de vivier créera une vingtaine d'emplois durant la saison de pêche.

Les Pêcheries S.B.L. est l'un des six acheteurs de homard accrédité dans l'archipel. Cette année, 21 pêcheurs madelinots, la plupart amarrés à Grande-Entrée, ont vendu leurs prises à cette entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !