•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrice Bergeron, le modèle de ses pairs

Patrice Bergeron

Patrice Bergeron poursuivra sa carrière avec les Bruins pour une 19e saison.

Photo : Getty Images / Emilee Chinn

Au lendemain de l’annonce de son retour avec les Bruins de Boston pour une 19e saison, Patrice Bergeron accueillait une brochette de joueurs étoiles de la LNH au Centre Vidéotron, mardi soir, dans le cadre du Pro-Am Gagné-Bergeron. Plus qu’un adversaire, le centre de 37 ans est un modèle pour ses pairs. Voici, dans leurs mots, ce que représente le hockeyeur de Québec pour eux.

Le capitaine des Bruins s'apprête à faire l'accolade à son coéquipier Charlie Coyle après leur victoire contre les Flyers à Philadelphie.

Patrice Bergeron a inscrit 400 buts et 982 points en 1216 matchs dans l'uniforme des Bruins.

Photo : Reuters / Eric Hartline

Phillip Danault, centre, Kings de Los Angeles

Pat est tellement impressionnant. J’ai la chance de m’entrainer un peu avec lui l’été. Il est tellement sur la coche, sur la glace et en dehors, dans tous les détails. C’est un modèle pour tout le monde. Je suis surpris qu’il joue encore, mais il est tellement fort. Il pourrait être fort jusqu’à 45 ans.

Je ne suis pas Patrice, évidemment. Je suis un joueur différent, mais c’est sûr que je me m’inspire de lui. Son jeu dans les deux sens de la patinoire est impeccable. C’est avec des joueurs comme ça que tu peux gagner.

Pierre-Luc Dubois, centre, Jets de Winnipeg

J’étais un fan de lui quand j’étais plus jeune. Quand tu es sur la glace dans la LNH, tu as une chose en tête, c’est de battre la personne en avant de toi. Mais le fan en moi est content qu’il revienne pour une 19e saison. Ça reste encore probablement le joueur le plus difficile à affronter de la LNH. Comme compétiteur, tu veux jouer contre les meilleurs et il en fait partie.

Les matchs contre Patrice, si tu n’es pas prêt physiquement et mentalement, ça n’ira pas bien. Il est tellement intelligent sur la glace. Il est une coche au-dessus de tout le monde. Il sait où tu vas aller avant que tu y ailles. Ça ne parait pas sur la feuille de match après le match, mais pour gagner la Coupe Stanley, des joueurs comme lui, c’est primordial.

Patrice Bergeron s'adresse aux représentants des médias au terme d'un match des séries éliminatoires 2013

Patrice Bergeron s'adresse aux représentants des médias au terme d'un match des séries éliminatoires 2013.

Photo : Getty Images / Jared Wickerham

Jack Eichel, centre, Golden Knights de Vegas

J’ai grandi en tant que partisan des Bruins. C’est un joueur que j’ai admiré toute ma vie. D’être l'un de ses pairs aujourd’hui, c’est vraiment agréable. D’être capable de le voir s'entraîner durant l’été et de patiner avec lui, c’est une belle occasion d’apprendre.

Quand il a signé, je lui ai dit : " maudit, je dois continuer à jouer contre toi ". Au moins, à Vegas, c’est juste deux fois par saison. Mais la ligue est meilleure avec lui. Je suis content qu’il continue de jouer.

Marc-Édouard Vlasic, défenseur, Sharks de San José

C’est rare de jouer pour une même équipe aussi longtemps et c’est rare d’être aussi bon aussi longtemps. Il est encore parmi les meilleurs centres de la ligue offensivement et défensivement.

Patrice Bergeron en 2003.

Patrice Bergeron a été un choix de 2e ronde des Bruins de Boston en 2003.

Photo : getty images/nhli / Robert Laberge

Marc-André Fleury, gardien de but, Wild du Minnesota

C’est tellement un bon modèle, un bon joueur, une bonne personne. Ce n’est jamais facile de l’affronter. Boston a toujours une bonne équipe. Il est toujours au centre de l’action devant le filet. Il rend ma vie plus difficile comme gardien, mais je suis content de le voir continuer.

Simon Gagné, retraité de la LNH

Patrice aurait pu demander le même salaire qu’il avait l’an dernier. Il a décidé d’en prendre moins pour permettre aux Bruins de faire signer des contrats à d’autres joueurs et d'être une équipe compétitive. Ça démontre le joueur qu’il est et son leadership. C’est un capitaine qui veut gagner à Boston.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !