•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une programmation 100 % québécoise pour le Festival de cinéma de la ville de Québec

Affiche du Festival.

Affiche du Festival de cinéma de la ville de Québec 2022

Photo : Page Facebook du FCVQ

Le 11e Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) marque la relance de l'événement après deux années chaotiques. Pour la première fois, la programmation sera exclusivement québécoise.

Le FCVQ propose une centaine de films, dont une vingtaine de longs métrages, du 8 au 11 septembre.

C'est la comédie dramatique Niagara qui lancera l'événement au théâtre Le Diamant lors d'une soirée tapis rouge, en première mondiale. C'est un film de Guillaume Lambert qui met en vedette François Pérusse, Éric Bernier et Guy Jodoin.

Ils tiennent le rôle de trois frères endeuillés, forcés de reprendre contact après la mort de leur père.

Trois hommes sont en train d'attacher leur cravate devant un miroir.

François Pérusse, Éric Bernier et Guy Jodoin dans les rôles des trois frères endeuillés.

Photo : Entract Films

Le Diamant accueillera aussi Les 12 travaux d'Imelda, un film de Martin Villeneuve dans lequel il tient le rôle de sa grand-mère paternelle aux côtés de Robert Lepage, Ginette Reno, Antoine Bertrand, Anne-Marie Cadieux, Lynda Beaulieu, Denis Villeneuve et Michel Barrette.

Capture d'écran de Ginette Reno et Martin Villeneuve dans le film « Imelda 3 ».

Ginette Reno et Martin Villeneuve incarnent les grands-mères Simone et Imelda dans « Imelda 3 ».

Photo : Danny Lennon

Toujours en première mondiale et au Diamant, le thriller psychologique Snow Angel clôturera le 11e FCVQ. C'est le premier film de Gabriel Allard, dans lequel l'actrice Catherine Bérubé tient le rôle principal, celui d'une jeune femme qui doit abandonner sa carrière en snowboard. Des forces inconnues l'empêchent de faire face à un deuil.

Une femme en habits d'hiver semble inquiète.

Le long métrage « Snow Angel ».

Photo : FCVQ

En plus du théâtre Le Diamant, les projections auront lieu à l'Impérial Bell, dans la nouvelle salle d'Antitube Circuit Beaumont, à la coopérative Méduse, ainsi qu'au Musée de la civilisation.

De nombreux courts métrages sont au programme dont Parades, un film de danse d'Alan Lake ou encore Aska, de Clara Milo, film récipiendaire du prix Denis Villeneuve au dernier Gala Prends ça court!.

Les cinéastes redécouvriront par ailleurs la filmographie de Denis Côté à travers des courts métrages restaurés, mais aussi ses longs métrages tels que Hygiène sociale ou encore Vic + Flo.

Un festival en formule simplifiée

Si le traditionnel tapis rouge est encore de mise, il n'y aura pas de compétition cette année, ni d'écran géant à la place D'Youville.

Selon l'organisation de l'événement, l'objectif est d'abord de souligner les retrouvailles avec le public et de donner un coup de pouce à l'industrie cinématographique québécoise.

« On veut démontrer qu'on est là pour le milieu » explique Paul Landriau, le nouveau directeur de la programmation.

Paul Landriau.

Paul Landriau, directeur de la programmation du Festival de cinéma de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada

« On sait que les dernières années ont été difficiles à la fois pour les salles de cinéma, mais aussi pour les artisans. C'est une façon pour nous de remercier l'industrie d'ici. »

— Une citation de  Paul Landriau

La production cinématographique québécoise sera présentée lors d'une quarantaine d'événements pendant le Festival.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !