•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse élimine certains obstacles à l’aide médicale à mourir

Les deux mains d'une personne relativement jeune tiennent celle d'une personne âgée.

La Nouvelle-Écosse élimine le critère selon lequel la mort naturelle d'une personne doit être « raisonnablement prévisible ».

Photo : iStock / Jasper Chamber

La Presse canadienne

La Nouvelle-Écosse élimine le critère selon lequel la mort naturelle d'une personne doit être « raisonnablement prévisible » afin que celle-ci puisse avoir accès à l'aide médicale à mourir.

Du même coup, la province a adopté l'Amendement d'Audrey, qui abolit l'obligation pour le patient obtenant l'aide médicale à mourir d'être pleinement conscient au moment de la procédure afin de réitérer son consentement au moment de sa mort.

Le ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse a déclaré que ces changements de politique étaient en vigueur dès maintenant et qu'ils visaient à refléter l'évolution de la perception entourant l'aide médicale à mourir.

L'Amendement d'Audrey est une référence au cas d'Audrey Parker, une Néo-Écossaise atteinte d'un cancer en phase terminale ayant pu bénéficier de l'aide médicale à mourir plus tôt qu'elle ne l'aurait souhaité parce qu'elle craignait de ne plus être suffisamment en forme au dernier moment pour réitérer son consentement.

Cet amendement a reçu la sanction royale du Sénat du Canada en mars 2021.

Par voie de communiqué, la vice-présidente des services médicaux au ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse, la Dre Nicole Boutilier, a souligné que les nouveaux documents démontrent notre engagement envers les patients et les médecins pour maintenir les plus hauts standards de soins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !