•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un discours du Trône décevant selon les partis d’opposition

Lucille Collard devant les drapeaux du Canada, de la province de l'Ontario et du drapeau franco-ontarien.

Lucille Collard se désole de constater que les francophones de l'Ontario n'ont pas été mentionnés dans le discours du Trône.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le discours du Trône a suscité de vives inquiétudes au sein des partis d'opposition en Ontario. On dénonce notamment l'absence de mention des francophones et la volonté du gouvernement provincial d'offrir au maire d'Ottawa plus de pouvoirs.

La lieutenante-gouverneure Elizabeth Dowdeswell a prononcé, mardi, le discours du Trône du premier ministre Doug Ford, qui marque le début d'une nouvelle session législative. Dans la région d'Ottawa, les réactions de l'opposition n'ont pas tardé.

Les libéraux déplorent entre autres l'absence de mesures pour les écoles et l'environnement. La députée libérale dans Ottawa-Vanier, Lucille Collard, s'est montrée déçue de l'absence de mesures pour la francophonie dans le discours du Trône. Je ne peux pas m'empêcher de remarquer que la francophonie n’a pas été adressée, a-t-elle commenté.

Elle craint que les droits et les intérêts des francophones en Ontario ne soient pas bien défendus par le gouvernement de Doug Ford.

Pour la région d'Ottawa, à la veille des élections municipales en Ontario, Mme Collard s'inquiète aussi de l'intention du gouvernement Ford d'accroître les pouvoirs du maire d'Ottawa sans qu'il y ait suffisamment de consultations.

Je suis très préoccupée sans savoir exactement ça va être quoi la teneur de ces pouvoirs-là, explique-t-elle en point de presse. On est à moins de 100 jours des élections municipales.

Qu'est-ce que le gouvernement va faire pendant ces 100 jours-là? Est-ce qu'il va faire la consultation qu'il a besoin de faire?, demande cette dernière.

« Je trouve ça un peu particulier qu'encore une fois, on a un gouvernement qui avance des changements qui vont affecter les droits des personnes et la gouvernance de nos conseils municipaux sans qu'ils soient consultés. »

— Une citation de  Lucille Collard, députée libérale dans Ottawa-Vanier

On retrouve les mêmes inquiétudes quant aux nouveaux pouvoirs qui pourraient être accordés au maire d'Ottawa du côté du Nouveau Parti démocratique.

Nous avons besoin de plus de démocratie, lance Chandra Pasma, députée d'Ottawa-Ouest—Nepean. C'est une décision qui diminue le pouvoir des représentants locaux et ça ne va pas répondre aux priorités des gens.

Mme Pasma soutient que plusieurs de ses voisins lui ont fait part de diverses inquiétudes en matière de représentativité. D'avoir une personne qui peut prendre les décisions toute seule pour la Ville d'Ottawa, ça ne va pas assurer que les priorités et les points de vue de tous les quartiers seront représentés, ajoute-t-elle.

Dans une déclaration écrite, la branche ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique indique que la province ne fera que reculer si le gouvernement conservateur de Doug Ford obtient ce qu'il veut.

Dans un discours qui a commencé par un engagement à remédier aux pénuries de main-d'œuvre en Ontario, il n'y avait pas d'engagements pour augmenter les salaires ni les avantages sociaux, pour garantir les congés de maladie payés ou pour investir dans les écoles publiques, peut-on lire dans le communiqué. Ce gouvernement ne semble vouloir se concentrer que sur le fait d'attirer des sociétés pour extraire les ressources naturelles de la province et construire des autoroutes.

Pour sa part, la Fédération des gens d'affaires francophones de l'Ontario s'est dite satisfaite des investissements annoncés afin de soutenir la relance économique dans la province.

Avec les informations de Frederic Pepin et de Julien David-Pelletier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !