•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diversifier les méthodes pour recruter des travailleurs dans le milieu scolaire

Le réseau scolaire anglophone de l’île tente d’embaucher 400 travailleurs d’ici la rentrée scolaire.

Un autobus scolaire électrique.

Le réseau scolaire anglophone de l’île tente d’embaucher 400 travailleurs d’ici la rentrée scolaire.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Radio-Canada

Le milieu scolaire de l’Île-du-Prince-Édouard sort des sentiers battus et utilise de nouvelles méthodes pour tenter de recruter des travailleurs en vue de la prochaine rentrée scolaire.

Selon la directrice des ressources humaines du Public Schools Branch, le réseau scolaire anglophone de l’île, Kelly Drummond, les méthodes traditionnelles de recrutement ne sont plus efficaces.

Auparavant, des annonces publiées dans les journaux et sur des sites web permettaient d’attirer plusieurs candidats pour les postes disponibles. Mais ce n’est plus le cas maintenant.

La pénurie de main-d'œuvre oblige donc les employeurs à faire preuve de créativité.

Une femme devant son bureau

Kelly Drummond est la directrice des ressources humaines du Public Schools Branch, le réseau scolaire anglophone.

Photo : Radio-Canada / Jessica Doria-Brown

Le recrutement a vraiment changé et donc les moyens typiques que nous aurions utilisés pour recruter par le passé ne fonctionnent plus pour nous, dit-elle.

Kelly Drummond estime qu’il y a environ 400 postes à temps partiel qui doivent être pourvus, soit ceux d'environ 50 chauffeurs d’autobus et concierges, au moins 100 travailleurs des services à la jeunesse et aides-enseignants et au moins 250 enseignants suppléants.

Cette année, le réseau scolaire anglophone organise des foires de l’emploi pour promouvoir les emplois disponibles.

De plus, une courte vidéo TikTok a été réalisée, mettant en vedette un humoriste de l’île.

Nous voulons attirer même les personnes qui travaillent dans d’autres domaines, dit Kelly Drummond. Nous devons vraiment être là où elles sont. Donc par exemple, notre vidéo TikTok que nous venons de lancer, nous savons que nous avons une grande population que nous aimerions attirer qui est sur TikTok. Ils ne sont plus sur Facebook. Nous devons donc changer nos méthodes traditionnelles.

Elle espère que ces initiatives porteront leurs fruits d’ici la fin du mois d’août.

Changement aux critères d’embauche

Le réseau scolaire anglophone décide aussi de modifier les critères d’embauche pour les enseignants suppléants non certifiés. Les candidats n’auront besoin que d’une année d’études postsecondaires, au lieu de deux.

Selon Kelly Drummond, cela permettra d’attirer davantage de candidats qui ont des compétences acquises par le travail ou le bénévolat.

Une classe avec une enseignante et des élèves, vus de dos.

Les enseignants suppléants non certifiés n'auront besoin que d'une année d'études postsecondaires, au lieu de deux.

Photo : iStock

Elle précise que les candidats peuvent s'attendre à obtenir une entrevue quelques jours après avoir manifesté leur intérêt pour un poste disponible, dans le but de recruter les nouveaux travailleurs de façon efficace.

Elle ajoute que le processus d’entrevue a aussi évolué dans les dernières années, expliquant que l’employeur doit lui aussi vanter les raisons pour lesquelles un candidat devrait travailler pour lui.

D’après le reportage de Jessica Doria-Brown de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !