•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démantèlement des tentes à Vancouver : arrestations et échauffourée avec la police

Un homme à terre entouré de policiers, son aide de mobilité ayant été renversée.

Des policiers de Vancouver arrêtent plusieurs personnes lors d'une mêlée alors que la Ville démontait des tentes sur East Hastings dans le quartier Downtown Eastside, le mardi 9 août 2022.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Après des jours d’incertitude, la Ville de Vancouver a commencé, mardi, le démantèlement du village de tentes installé rue Hastings, dans le quartier Downtown Eastside. Plusieurs personnes ont été arrêtées dans l’après-midi à la suite d'une échauffourée avec la police.

Les arrestations ont eu lieu après qu'une bagarre ait éclaté devant le centre communautaire Carnegie au coin des rues Main et Hastings, peu après 15 h. Les gardes de sécurité du centre ont alerté la police qu'un homme causait des problèmes. Des résidents et des militants communautaires sont venus défendre l'homme, et une bagarre s'en est ensuivie avec la police, qui a utilisé du gaz poivré.

La police a fermé l'intersection de Main et Hastings. Trois organisateurs de la campagne Stop the Sweeps ont été arrêtés, en plus d'autres militants. La police de Vancouver n'a pas confirmé le nombre d'arrestations.

Une femme à terre entourée de policiers.

Plusieurs personnes ont été arrêtées dans l’après-midi à la suite d'une échauffourée avec la police.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Les secteurs à plus haut risque pour la sécurité devaient être les premiers visés en ce premier jour de démantèlement.

Des espaces de rangement ont été organisés pour les effets personnels des occupants du village de tentes, mais la Ville n’indique toujours pas si des logements seront offerts à ces personnes.

« Nous reconnaissons que cette démarche aura un effet psychologique sur la communauté et toutes les personnes concernées », dit-elle dans un communiqué.

Des gens forcés de quitter un village de tentes dans le quartier Downtown Eastside à Vancouver, le 9 août 2022.

La Ville de Vancouver indique que le démantèlement du village de tentes sur la rue Hastings pourrait prendre des semaines.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Edgar Allan-Rosetti raconte qu’il campe sur la rue Hastings depuis deux ans et qu’il n’a toujours pas trouvé de logement.

Je vais emballer mes affaires dans un chariot et je vais partir, mais je reviendrai, dit-il.

Le démantèlement se fera en plusieurs étapes et en coopération avec les organismes qui aident les personnes sans-abri, affirme la Ville.

Ces dernières années, différents villages de tentes ont été démantelés à Vancouver, notamment dans les parcs Strathcona et Oppenheimer.

Risques d'incendie

Le 25 juillet, les pompiers ont ordonné le retrait des tentes et des structures, invoquant de « nombreux problèmes de sécurité urgents » liés aux risques d’incendie.

Le quartier Downtown Eastside a connu plusieurs incendies récemment, dont un a détruit une église communautaire, un deuxième a fait deux morts dans l’incendie de l’Hôtel Winters et un troisième a fait un mort à l’Hôtel Empress.

La pince d'un bulldozer démolit l’hôtel Winters du quartier Gastown de Vancouver, le jeudi 21 avril 2022.

L'hôtel Winters du quartier Gastown de Vancouver, a dû être démoli le jeudi 21 avril 2022 à la suite d'un incendie.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms/CBC

Le porte-parole du Service des incendies de Vancouver, Matthew Trudeau, explique que c’est dans le Downtown Eastside que les pompiers interviennent le plus souvent que ce soit pour des incendies, des risques de départs de feu ou des surdoses. 

« C’est incroyablement dangereux, dit M Trudeau. Une fois, lorsque les pompiers ont essayé de raccorder une lance d’eau à une borne d’incendie, ils ont été retardés en raison de toutes les matières combustibles qui se trouvaient aux alentours. »

La résidente du Downtown Eastside Cheryl Gunargie, qui milite pour les droits des résidents et diffuse un podcast sur la vie du quartier, affirme que les habitants sont plutôt à risque dans les immeubles de chambres individuelles.

« [Ces] immeubles ne respectent pas le code des incendies. Il y a des rats et des souris et avec la vague de chaleur, il fait trop chaud, alors ils préfèrent vivre dans la rue. »

— Une citation de  Cheryl Gunargie, résidente du Downtown Eastside

Cheryl et plusieurs bénévoles qui aident les résidents du village de tentes affirment que la Ville ne leur a pas dit en quoi consisteraient les prochaines étapes ni donné d’information sur des logements possibles malgré de nombreuses demandes.

Cheryl Gunargie filme des pompiers qui s'adressent aux médias.

La résidente du Downtown Eastside Cheryl Gunargie enregistre avec son téléphone les pompiers dépêchés au village de tente de la rue Hastings.

Photo : Radio-Canada / Dominique Lévesque

Pour le groupe de défense Pivot Legal Society, le nettoyage de la communauté viole un pacte signé par la Ville, la province et la Commission des parcs de Vancouver pour assurer un soutien aux personnes sans-abri.

« Une grande partie du problème est que les gens n'ont nulle part où aller. Les expulsions forcées vers nulle part vont à l'encontre de multiples droits de la personne », a déclaré Anna Cooper, avocate au sein du groupe de défense.

Pivot Legal Society a déclaré dans un communiqué que la Ville avait créé la détérioration des conditions dans le campement en omettant de fournir le stockage promis, les installations d'hygiène et l'élimination des ordures, et qu’elle cite désormais ces problèmes de sécurité et de santé comme raison du retrait forcé des tentes.

Jusqu’à ce qu’il y ait une alternative à vivre dans la rue, la Ville ne fait que déplacer les gens d’un endroit à l’autre, clame Sarah Blythe, de la Société de prévention des surdoses.

Même si la Ville veut loger ces personnes sans-abri, cela reste un défi pour BC Housing, qui dit avoir un nombre de logements limité.

L'organisme affirme travailler avec ses partenaires pour trouver des solutions.

Avec des informations d'Eva Uguen-Csenge, Lien Yeung, l’émission The Early Edition et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !