•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

40 jours plus tard, des locataires d’East Angus auront de l’électricité

Le logement.

Les locataires d'un immeuble à logements d'East Angus n'ont pas eu d'électricité pendant près d'un mois et demi.

Photo : Radio-Canada / Arianne Béland

Des locataires d'un immeuble à logements construit récemment à East Angus ont appris, après une quarantaine de jours passés sans électricité, qu'ils seraient finalement desservis par Hydro-Québec, mercredi.

Depuis le 1er juillet, la société d'État n'avait pas encore amorcé de travaux sur place pour fournir l'électricité aux résidents. À quelques reprises depuis le mois dernier, des messages ont été envoyés au propriétaire, Martin Carrier, pour repousser la date de raccordement prévue.

C'est finalement mardi que des employés d'Hydro-Québec se sont rendus sur place pour commencer à installer des poteaux électriques, au grand bonheur de M. Carrier.

La semaine passée, Hydro-Québec m'a indiqué que la date de fin des travaux prévue était maintenant avant le 12 août. En me présentant sur le chantier pour une autre raison, j'ai rencontré le responsable, qui m'a indiqué qu'ils débutaient mardi et que ça allait être fini le lendemain.

« Ça a été long et pénible. Changement après changement, promesse après promesse, on ne savait jamais sur quel pied danser. Au moins, j'ai la certitude que le dossier va se régler. »

— Une citation de  Martin Carrier, propriétaire

Les dernières semaines ont été particulièrement difficiles pour les locataires, qui n'avaient à leur disposition qu'une génératrice pour desservir l'entièreté du bâtiment.

« Avec le week-end super chaud qu'on a eu, ça a dû être pénible pour eux, de supporter la chaleur sans pouvoir faire fonctionner la thermopompe. »

— Une citation de  Martin Carrier, propriétaire

On a fait du beau camping, avec le barbecue et le petit poêle. On n'a pas utilisé le four ou l'air climatisé depuis le 1er juillet. On a fait toute notre cuisson à l'extérieur, sur la terrasse. On allumait la génératrice trois heures par jour : le matin, le midi et à l'heure du souper. À trois heures par jour, pour avoir de l'eau chaude, ça suffisait, a témoigné le résident Daniel Cyr.

Ce dernier a dû, durant le dernier mois, acheter un supplément de données cellulaires pour rester connecté un tant soit peu.

On ne s'attend pas à ça au Québec. Si on était dans une région totalement éloignée, on pourrait comprendre les délais. Nous, on signe un bail au mois de janvier et on ne se pose même pas la question. Ça ne nous est pas venu à l'esprit qu'il n'y aurait pas d'électricité. Ça va de soi, dans la capitale mondiale de l'hydroélectricité. [Hydro-Québec] est une compagnie dont on est fier, on s'attend à avoir de bons services, a-t-il ajouté.

Une chose est sûre, le locataire sait ce qu'il va faire en premier lorsqu'il retrouvera l'électricité. Allumer la télévision ! Je suis un amateur de sport et les tournois de golf m'ont manqué !

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !