•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Eve Proulx de nouveau dans l’eau chaude

Marie-Eve Proulx, en conférence de presse à l'usine d'Alstom à La Pocatière.

La députée Marie-Eve Proulx

Photo : Radio-Canada

La députée caquiste Marie-Eve Proulx fait face à de nouvelles accusations de harcèlement psychologique contre une ex-employée de son bureau de circonscription.

La plaignante, Laetitia Canova, a travaillé au bureau de Montmagny de la députée en 2019 et 2020. La plainte a tout d'abord été déposée à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Une enquête menée par l'organisme est d'ailleurs en cours.

Le Tribunal administratif du travail a également ouvert un dossier après le dépôt de cette plainte. Aucune date n'a encore été fixée pour une audience. Un porte-parole du Tribunal administratif du travail, Marc Lalancette, confirme que le dossier est en suspens tant et aussi longtemps que la CNESST n'aura pas terminé son processus d'enquête.

« Avant de se retrouver devant un juge, il y aura également des séances de conciliation pour tenter d'en arriver à une entente. »

— Une citation de  Marc Lalancette, porte-parole du Tribunal administratif du Travail

Radio-Canada a tenté de joindre sans succès Laetitia Canova pour obtenir sa version des faits.

De son côté, un porte-parole de la députée Marie-Eve Proulx a affirmé que la députée pourrait réagir plus tard dans la journée.

Marie-Eve Proulx n'en est pas à ses premiers démêlés avec d'anciens employés. En août 2021, la députée était parvenue à une entente à l'amiable avec son ancien directeur de circonscription. Christian Picard accusait Marie-Eve Proulx de congédiement injustifié et de harcèlement psychologique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !