•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants peu informés de l’intégration de deux écoles secondaires de Jonquière

Une école secondaire.

L'école secondaire Kénogami

Photo : Radio-Canada / Yves Bergeron

Radio-Canada

À l'aube de la rentrée, des enseignants du Centre de services scolaire De La Jonquière soulèvent certaines inquiétudes en lien avec le maillage de deux écoles secondaires : Jonquière et Kénogami.

Les élèves de secondaire 1 et 2 seront regroupés à Kénogami, alors que ceux inscrits en secondaire 3, 4 et 5 iront à Jonquière.

Des enseignants craignent notamment que certains locaux spécialisés ne soient pas aménagés à temps pour la rentrée, dans moins de trois semaines. C’est notamment le cas pour les salles de musique et de théâtre de l’option Arts et métiers de la scène, une formation qui se donnait uniquement à l’École polyvalente Jonquière.

La présidente du Syndicat de l’enseignement De La Jonquière, Nicole Émond, déplore le manque d’informations transmises par la direction du Centre de services scolaire en marge de cet important réaménagement.

L’information a pris du temps avant de se rendre au personnel, même aux parents et aux élèves. Il y a peut-être eu aussi un manque de consultation et de concertation. Je peux vous dire que l’affectation du personnel enseignant s’est déroulée et que tous les élèves auront des services d’enseignement auxquels ils ont droit et tous les enseignants seront affectés dans leurs écoles. Mais il manque d’information alors c’est sûr que ça peut créer de l’insécurité et de l’inquiétude, a convenu la présidente du syndicat, en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Les deux écoles secondaires deviendront des pavillons du nouvel établissement intégré. L’École polyvalente Arvida, où plusieurs programmes de Sport Art Études sont dispensés, n’est pas touchée par le projet, dont les balbutiements remontent à l’hiver 2001.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !