•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des transporteurs scolaires toujours en attente d’un renouvellement de contrat

Cinq autobus scolaires stationnés côte à côte.

Le prix du carburant influence grandement les négociations des contrats de renouvellement.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Félix Duchesne

Le début des classes arrive à grands pas et des élèves pourraient ne pas avoir de transport scolaire.

Dans plusieurs régions du Québec, les contrats des transporteurs scolaires sont échus et doivent être renouvelés.

À ce jour, dans la grande région de Québec, seul le Centre de services scolaire de la Capitale possède un contrat avec des transporteurs scolaires toujours en vigueur.

Pour le reste, la signature des renouvellements de contrats se fait attendre.

La raison : les transporteurs roulent à perte et l’augmentation des coûts généralisée n’est pas prise en compte dans le renouvellement des contrats avec les centres de services scolaires.

Dans son mémoire sur les règles budgétaires de 2022-2023, la Fédération des centres de services scolaires du Québec (FCSSQ) mentionne que les transporteurs demandent une indexation des contrats de l’ordre de 20 % à 35 %.

Les prix du carburant, de la rémunération des conducteurs, de l’augmentation des frais d’entretien et du prix d’achat des véhicules expliquent ce taux d'indexation.

Recrutement difficile

Également, la moyenne d’âge dans ce corps de métier ne diminue pas et le recrutement reste un défi de taille, malgré son importance capitale.

Luc Lafrance, le président-directeur général de la Fédération des transporteurs par autobus du Québec, demande de meilleures conditions de travail pour faciliter l’embauche par la suite.

Luc Lafrance en entrevue.

Luc Lafrance, président-directeur général de la Fédération des transporteurs par autobus du Québec

Photo : Radio-Canada

La FCSSQ considère que les conditions sont favorables à la conclusion d’ententes négociées entre les transporteurs et les centres de services scolaires. Elle souligne que les mesures financières supplémentaires consenties par le gouvernement représentent une hausse de 30,5 % des allocations en transport scolaire depuis les dernières négociations en 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !