•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

60 % des aînés dans les foyers devraient venir directement de leur domicile, selon l’ORSW

L'autorité de santé veut diminuer les séjours à l'hôpital des aînés qui devraient se trouver en foyer de soins.

Une paire de mains d’une personne âgée s'agrippe à une autre main.

L'acronyme SILVER signifie Système d'information pour localiser les personnes vulnérables égarées et recherchées.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Une initiative de l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) veut que davantage de résidents des foyers de soins personnels viennent directement de leur domicile, sans passer par un hôpital. Cette mesure soulève des inquiétudes chez les syndicats et les défenseurs des droits des aînés.

L’organisme nomme cette initiative projet 60/40 parce qu’il a pour objectif que 60 % des résidents admis dans les foyers de soins personnels viennent directement de leur domicile.

De 2019 à 2021, huit à dix personnes ont été transférées chaque semaine de leur domicile vers un foyer de soins personnels, alors que 22 à 25 personnes étaient transférées depuis un hôpital.

Depuis la mise en place du projet 60/40 en juin, 32 % des résidents d’une maison de soins sont venus directement de leur domicile. Il s'agit d'un pourcentage comparable à celui des années précédentes.

Dans une note de service rédigée le 25 juillet et obtenue par CBC/Radio-Canada, la directrice de l'exploitation des services de santé communautaire et les soins de longue durée à l'ORSW, Gina Trinidad, expliquait : L'objectif est de faire en sorte que les résidents soient soutenus par la communauté le plus longtemps possible avant d'être admis dans un foyer de soins personnels.

Selon elle, le fait de garder les patients à la maison plus longtemps permettra de favoriser l’accès à de meilleurs soins et de réduire les hospitalisations évitables avant que les personnes ne soient admises dans un foyer de soins personnels.

Dans la note de service, elle écrit aussi que cette mesure mettrait fin au placement prématuré de certains résidents dans des foyers de soins.

Une initiative qui ne convient pas à tous

Certains craignent que cela n’ajoute une charge de travail supplémentaire au personnel de soins à domicile.

La vice-présidente de la branche winnipégoise de l’Association canadienne des retraités, Carmen Nedohin, affirme que cette situation va générer une grande souffrance chez les aînés.

Carmen Nedohin,  vice-présidente de la branche winnipegoise de l’Association canadienne des retraités.

Carmen Nedohin est la vice-présidente de la branche winnipégoise de l’Association canadienne des retraités.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Carmen Nedohin craint que cette situation ne fasse que reporter ce problème des hôpitaux vers la collectivité au lieu de l’éliminer.

Pour elle, le secteur des soins à domicile est déjà en crise en raison du nombre élevé de postes vacants et de cinq années de gel des salaires.

Une personne âgée a peut-être besoin de soins hospitaliers dans l'intervalle, , dit-elle, mais elle va dépendre de soins à domicile qui ne sont pas forcément adéquats pour elle.

Selon elle, la priorité est la sécurité, la santé et le bien-être des résidents.

La présidente de la section 204 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Debbie Boissonneault, a été aide-soignante avant de devenir présidente du syndicat représentant les travailleurs à domicile et autres travailleurs de soutien aux soins de santé.

Elle dit que, dans son ancien rôle, elle voyait souvent des familles qui conduisaient leurs proches âgés à l'hôpital après avoir épuisé toutes les autres options de soins à domicile.

Elle se demande comment les familles pourront trouver suffisamment de personnel de soins à domicile, puisque les travailleurs sont si rares.

La note de service qui a fait l'objet d'une fuite reconnaît que l’engouement renouvelé pour la philosophie du "chez soi, c'est mieux" peut susciter des inquiétudes quant aux défis actuels liés à la charge de travail pour le personnel des services de santé communautaire, en particulier les travailleurs à domicile.

La note de service indique également que les hôpitaux renforceraient la pratique consistant à transférer provisoirement les patients au premier foyer de soins personnels disponible, en attendant qu'un lit se libère dans le foyer de leur choix.

Porte-parole de l’opposition en matière de santé et député néo-démocrate, Uzoma Asagwara craint que, en raison de l’initiative de l’ORSW, un plus grand nombre de Manitobains ne se retrouvent à des centaines de kilomètres de chez eux.

Ma première réaction en lisant la note de service est qu’on semble traiter les aînés comme un ensemble de cibles, dit Uzoma Asagwara.

Dans la note de service, l'ORSW ne dit pas de quelle manière l'organisme va faire face à ces défis mais que la direction est à l'écoute des préoccupations du personnel.

Gina Trinidad n'était pas disponible pour des commentaires vendredi et lundi.

Avec les informations d'Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !