•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une distributrice d’eau permet d’épargner 500 bouteilles en deux semaines

La Bouffée d'air et sa distributrice d'eau de marque Kupa.

La Bouffée d'air est un centre de location d'équipements sportifs situé dans le Canton de Potton.

Photo : Faceboook / La Bouffée d'air

Radio-Canada

Grâce à la station Kupa, une distributrice d'eau offrant différentes saveurs, La Bouffée d'air du Canton de Potton a épargné l'équivalent de 500 bouteilles de plastique en deux semaines.

Signe que la formule zéro déchet gagne en popularité, le centre de location d'équipements sportifs, situé à proximité du parc André-Gagnon, a installé cette station, qui offre l'eau potable gratuitement et permet aussi d'agrémenter son eau, moyennant quelques dollars.

Quand on vient au parc et qu'on a besoin de se désaltérer, souvent on peut prendre de l'eau, qu'elle soit vitaminée, avec des électrolytes ou pétillante. Dans cette station Kupa, on retrouve absolument toutes ces options-là. L'idée, c'est d'avoir uniquement sa bouteille réutilisable, explique la copropriétaire de La Bouffée d'air Lucie Blanchard.

Une telle machine distributrice coûte 10 000 $. Pour l'obtenir, l'entreprise n'a eu d'autre choix que de lancer une campagne de sociofinancement à l'aide de la plateforme La Ruche Estrie. Elle a ensuite eu droit à une subvention de Recyc-Québec.

Ça a été un défi, parce qu'on a commencé cette campagne-là au début de nos opérations. Une campagne de sociofinancement, c'est beaucoup de travail. C'est valorisant, parce qu'on rencontre plein de gens, mais c'est beaucoup de temps aussi pour mettre tout ça à jour, ajoute la copropriétaire.

« À la fin de tout ça, on est contents, on a atteint notre objectif. »

— Une citation de  Lucie Blanchard, copropriétaire de La Bouffée d'air

La communauté du Canton de Potton ainsi que les touristes qu'elle attire ont rapidement modifié leur comportement en se rendant au parc André-Gagnon.

C'est toute la population qui a pris connaissance de l'existence de la machine, autant les petits que les visiteurs ou les gens de la communauté. Ils viennent au parc avec leur bouteille réutilisable, donc le réflexe est là maintenant. On ne l'a pas fait pour rentabiliser notre investissement. On l'a vraiment fait dans l'optique d'offrir une alternative aux gens qui nous visitent.

« Les gens arrivent ici, ils ont besoin d'étancher leur soif. Ça part du fait qu'on a un bar laitier zéro déchet. »

— Une citation de  Lucie Blanchard, copropriétaire de La Bouffée d'air

Un bar laitier aux valeurs écologiques

En ouvrant son bar laitier, Lucie Blanchard tenait à ce que celui-ci ait la plus petite empreinte écologique possible.

On a visité d'autres bars laitiers et on a réalisé la quantité de contenants qui étaient utilisés seulement une fois et qui se retrouvaient dans les déchets. Pour nous, ça n'avait pas de sens. On ne pouvait pas avoir à générer autant de déchets, a-t-elle souligné.

« C'est plus de travail, puisqu'il faut laver tous les contenants, mais à la fin on a une satisfaction. »

— Une citation de  Lucie Blanchard, copropriétaire de La Bouffée d'air

Ça amène des discussions aussi sur ce qu'on doit faire pour changer nos habitudes, c'est très constructif, a conclu la copropriétaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !