•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre dans une tente : la présence d’itinérants au centre-ville de Charlottetown dérange

Un sans-abri à côté d'une tente installée au milieu des arbres.

Des sans-abri résident dans des tentes au centre-ville de Charlottetown.

Photo : Radio-Canada / Shane Hennessey

Radio-Canada

La police de Charlottetown rapporte une augmentation du nombre de plaintes sur la présence d’itinérants qui vivent dans des tentes au centre-ville de la capitale de l’Île-du-Prince-Édouard.

Des déchets dans l’espace public et des intrusions sur des propriétés privées figurent parmi ces plaintes.

Certains membres du groupe, tous des hommes, vivent dans des tentes de temps en temps depuis quelques années.

L'une de ces personnes, Allan MacDonald, était en situation d’itinérance jusqu’à ce qu’il obtienne une place dans un refuge à Charlottetown.

« Il n’y a pas assez de logements pour tout le monde. »

— Une citation de  Allan MacDonald, résident d’un refuge

Pour lui, l’augmentation des loyers à l'île contribue à ce que davantage de personnes se retrouvent dans des tentes au centre-ville.

Le peu de logements qu’il y a, probablement. On a vu le loyer doubler depuis un an ou deux ans, précise Allan MacDonald.

Allan MacDonald et un itinérant posent pour la photo.

Allan MacDonald, à gauche, a vécu dans des tentes au centre-ville de Charlottetown. Il s'y arrête parfois pour rendre visite à ses amis.

Photo : Radio-Canada / Shane Hennessey

Le taux d’inoccupation à l’île était de 1,5 % 2021, l’un des plus bas de l'Atlantique.

Les loyers ont augmenté de 8 % l’an dernier, soit la plus forte hausse en dix ans dans la province, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Les refuges insuffisants

Le manque de places dans des refuges contribuerait aussi à aggraver cette réalité, selon certaines de ces personnes en situation d’itinérance.

« Nous n’avons pas d’autre choix que de vivre de cette façon, parce que nous n’avons personne qui veut nous louer un logement. »

— Une citation de  Steve Wotton, personne en situation d’itinérance

Les conditions imposées par ces établissements ne plairaient pas à tous non plus.

Steve Wotton a déménagé dans une tente après avoir été incapable de trouver un refuge qui lui permettrait de garder son chien.

Steve Wotton et son chien posent pour la photo.

Steve Wotton, l’une de ces personnes en situation d’itinérance, dit qu'il se fait refuser l'entrée dans des refuges à cause de son chien.

Photo : Radio-Canada / Shane Hennessey

Allan McDonald considère que le fait d'avoir pu trouver une place dans un refuge représente une exception.

J’ai eu de la chance. J’ai un endroit où aller, donc j’ai un toit sur la tête maintenant, un lit chaud, des vêtements propres, des dents blanches. J’aimerais que tout le monde puisse avoir ça, dit-il.

À l’heure actuelle, il existe quatre refuges à Charlottetown.

La recherche d’une solution

Dans une déclaration, le chef de la police de Charlottetown, Brad MacConnell, explique que la Ville travaille avec la province pour trouver de l’hébergement à ces personnes vivant dans des tentes au centre-ville.

Ce n’est pas seulement un problème de la police, ce n’est pas seulement un problème de la Ville de Charlottetown, et c’est pourquoi il faudra une approche collaborative, souligne Brad MacConnell.

Brad MacConnell devant le poste de police.

Le chef de la police de Charlottetown, Brad MacConnell

Photo : Radio-Canada / Wayne Thibodeau

Il y a plusieurs mois, le gouvernement de l’île a laissé entendre qu’un nouveau refuge pour les sans-abri ouvrirait ses portes cette année.

La création d’un accès à des logements sûrs et abordables dans nos communautés est un objectif principal de tous les niveaux de gouvernement dans notre province, indique une déclaration signée par le ministère du Développement social et du Logement, le service de police de Charlottetown et la Ville de Charlottetown.

Une étude réalisée par la Société John Howard l’an dernier montre que le nombre de sans-abri à l’île a augmenté de 71 % de 2018 à 2021.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !