•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Glissement de terrain : le boulevard des Estacades fermé jusqu’à mercredi

Des camions et un gros trou.

Les travaux d'urgence se sont poursuivis mardi dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / David D

Radio-Canada

Une partie du boulevard des Estacades restera complètement fermée à la circulation au moins jusqu'à la fin de la journée mercredi, moment où une voie pourrait être rouverte. Selon le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, le retour à la circulation normale sur les quatre voies pourrait se faire vendredi.

Le maire a tenu à expliquer qu’il est très rare qu’autant de pluie s’abatte en si peu de temps dans la région, en faisant référence aux pluies torrentielles de dimanche. À la suite de ces précipitations, un deuxième mouvement de sol est survenu au même endroit.

Alors que la Ville n’en faisait aucunement mention dans ses communications écrites dimanche et lundi, le maire a déclaré mardi matin que les habitants d’une résidence avaient momentanément été évacués dimanche.

Lundi, un résident du secteur nous avait confié avoir été évacué durant quelques heures par des pompiers. On a été évacués vers 15 h, 16 h. On a eu la surprise de voir le trou. C'est assez énorme, gigantesque même, a-t-il décrit.

Travaux d'urgence : des coûts revus à la hausse

À la suite du premier glissement de terrain survenu le 28 juillet, le maire avait accordé un contrat d'environ 100 000 $ à une firme externe pour réaliser des travaux d'urgence. Ce montant sera revu à la hausse.

Jean Lamarche ne sait pas encore combien coûteront les autres travaux nécessaires en raison du deuxième mouvement de sol.

À court terme,  [l’accent] est mis sur la réalisation des travaux octroyés à un entrepreneur sous les pouvoirs du maire d’agir en situation d'urgence, écrit la Ville dans un courriel aux médias envoyé en fin d’après-midi lundi.

Une lampadaire croche dans un glissement de terrain.

Le glissement de terrain du boulevard des Estacades, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, s'est aggravé après les fortes pluies de dimanche.

Photo : Radio-Canada

400 M$ nécessaires pour les eaux usées et pluviales

Le système d'écoulement des eaux pluviales est au coeur du problème de glissements de terrain survenus près de la rivière Saint-Maurice.

Dans un échéancier de 10 ans, si on voulait vraiment travailler sur le système d'eaux usées et nos égouts pluviaux, on ira vers un 40 millions par année, a expliqué le maire Jean Lamarche, en précisant que cela représente donc une facture de 400 millions de dollars.

Une Ville n'a pas les moyens, en ce moment, d'y aller avec une somme de la sorte. Ça prend vraiment une contribution des deux autres paliers de gouvernements, ajoute-t-il.

Jean Lamarche assure que c'est un sujet qu'il aborde depuis 2019 et que cet événement est une autre preuve de l'importance de recevoir du financement.

Par courriel, le cabinet de la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, répond qu'elle est à l'écoute des Municipalités. Nous sommes très sensibles aux situations que vivent certaines Municipalités et c’est d’ailleurs pourquoi nous avons plusieurs programmes très généreux en matière d’infrastructures d’eau, peut-on lire.

Des cônes qui bloquent le boulevard des Estacades.

Le boulevard des Estacades est complètement fermé à la circulation entre les rues Ogden et Pie-XII.

Photo : Radio-Canada

Des élus inquiets

L'érosion des berges est un sujet qui préoccupe des conseillers municipaux de Trois-Rivières.

Ça m'inquiète, mais ça ne m’étonne pas. Il y a eu une étude qui a été faite qui dit bien qu’il faut enrocher les berges pour éviter qu’il y ait d’autres effondrements, affirme le conseiller municipal du district du Carmel, Pierre Montreuil.

C’est très préoccupant. C’est ça les effets des changements climatiques. Le premier [glissement] qu’on a vécu, à ce qu’il parait, ça arrive aux 100 ans. Les infrastructures qu'on a ne sont pas nécessairement prévues pour ça, ajoute le conseiller municipal du district des Estacades, Pierre-Luc Fortin.

Un ponceau déterré.

Des travaux sont effectués sur les lieux du glissement de terrain.

Photo : Radio-Canada / David Dufresne-Denis

En entrevue à l'émission Toujours le matin, le maire Jean Lamarche assure qu’une stabilisation des berges se fera au cours des prochaines années, c’est inscrit au plan triennal d’immobilisation.

À savoir si les berges pourraient être sécurisées plus vite que prévu, Jean Lamarche n’exclut pas cette possibilité. [Il pourrait y avoir] un jeu au niveau des priorisations de chantier, je fais confiance à mes experts là-dessus, dit-il.

Une machine qui a glissé dans un trou.

De la machinerie s'est enlisée dimanche sur le site du glissement de terrain dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada

Plus d'informations au sujet du deuxième glissement de terrain

Des travaux ont eu lieu la semaine dernière pour tenter de stabiliser le sol. Vendredi, on avait sécurisé les lieux pour poursuivre les travaux cette semaine, a expliqué le maire Jean Lamarche. Ça veut dire par exemple de détourner l’eau du site du chantier et force est d’admettre que cette pression de l’eau qui est arrivée en très peu de temps est venue causer certains dommages. Le fait de détourner l’eau a causé aussi un agrandissement du site.

Par courriel, la Ville a aussi indiqué que des pompes ont également été mises en place afin de retirer l'eau de pluie qui pourrait s'y accumuler.

Ces efforts n’ont toutefois pas été suffisants pour empêcher un autre mouvement de sol. Malgré ces mesures, les fortes précipitations qui se sont abattues en peu de temps sur le secteur dimanche ont provoqué l'agrandissement du glissement de terrain, poursuit la Ville.

Avec les informations d'Amélie Desmarais et de Coralie Laplante

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !