•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Revivre l’histoire carcérale de Sherbrooke à travers la prison Winter

Un guide explique à des étudiants l'histoire de la prison Winter à l'intérieur de celle-ci.

Les étudiants ont pu visiter la prison désaffectée pour s'imprégner de l'ambiance des lieux.

Photo : Radio-Canada / Éric Carbonneau

Radio-Canada

Apprendre l'histoire judiciaire de Sherbrooke en contribuant à l'enrichir, voilà le défi que tentent de relever une vingtaine d'étudiants universitaires et de cégep cet été. Au cours de la prochaine semaine, ils exploreront le passé de la prison Winter.

Pour une deuxième année, l'école d'été centrée sur la prison Winter lève le voile sur cet endroit construit en 1865, qui offre une vitrine sur l'histoire carcérale de la ville.

Ce cours n'a toutefois rien d'ordinaire pour les quelques élèves qui le suivent. Plutôt que d'assister à des cours magistraux uniquement, les étudiants sont appelés à effectuer leurs propres recherches, en équipe, sur un sujet donné.

Pour les étudiants, c'est la première occasion d'aller mettre la main dans des archives, dans ce qu'on appelle en histoire des sources premières. Habituellement, dans les cours, les étudiants écoutent un professeur et prennent des notes, mais cette fois-ci, ils créent l'histoire, a raconté Caroline Desruisseaux, l'une des enseignantes du programme.

Des élèves suivent un cours d'histoire dans une classe.

C'est dans cette classe que les élèves tentent de retracer l'histoire de la prison Winter.

Photo : Radio-Canada / Bertrand Galipeau

Ils contribuent donc à faire la lumière sur le passé de la prison Winter. À titre d'exemple, une équipe de la classe effectue des recherches sur la visibilité médiatique de l'établissement de détention dans les journaux locaux, de son ouverture jusqu'à sa fermeture. Ce travail permettra d'en savoir plus sur les questions qui préoccupaient le plus la société concernant l'endroit.

Qu'est-ce qui retient l'attention? Est-ce qu'on parle des grands criminels, de la désuétude de la prison, des conditions de vie, des grèves de la faim, des employés? De quoi parle-t-on, comment en parle-t-on et est-ce que ça évolue avec le temps, résume la professeure.

L'extérieur de la prison Winter.

La prison Winter a conservé sa fonction jusqu'en 1990.

Photo : Radio-Canada / Bertrand Galipeau

Cette formule fait d'ailleurs le bonheur des étudiants, qui n'ont eu que très peu de chances de travailler en équipe depuis le début de leur formation collégiale ou universitaire.

On était habitués d'être sur nos ordinateurs, dans des cours magistraux. Avoir une semaine en équipe pour discuter avec des gens, c'est quelque chose qu'on n'a pas vraiment fait dans notre baccalauréat encore, a fait savoir Coralie Plante, étudiante en histoire à l'Université de Sherbrooke.

Pour mener à bien leurs travaux, le groupe devra non seulement fouiller dans les archives nationales, mais aussi se rendre sur le terrain, à la prison Winter, pour approfondir ses recherches.

D'après le reportage d'Alexis Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !