•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taïwan procède à des exercices d’artillerie en cas d’invasion chinoise

Des soldats se tiennent près de canons à l'extérieur, alors qu'il y a de la fumée.

Un porte-parole de l'armée taïwanaise a assuré lundi que les exercices étaient déjà programmés et qu'il ne s'agissait pas d'une réponse aux exercices chinois en cours.

Photo : Reuters / ANN WANG

Agence France-Presse

L'armée de Taïwan a mené mardi un exercice d'artillerie à balles réelles simulant la défense de l'île contre une invasion chinoise, dans la foulée de manœuvres militaires d'ampleur de la part de Pékin pendant plusieurs jours.

Un journaliste de l'AFP sur place a constaté le début des opérations dans le comté de Pingtung peu après 8 h 40, heure locale, avec des tirs de fusées éclairantes et d'artillerie.

L'exercice s'est terminé vers 9 h 30, a indiqué Lou Woei-jye, porte-parole du huitième corps d'armée de Taïwan.

Des missiles se dirigent vers l'océan.

Des tirs de fusées éclairantes et d'artillerie ont eu lieu mardi matin dans le comté de Pingtung.

Photo : Getty Images / SAM YEH

Les exercices, avec un deuxième prévu jeudi, impliqueront le déploiement de plusieurs centaines de soldats et d'environ 40 obusiers, a indiqué l'armée.

La Chine a lancé la semaine dernière ses plus importantes manœuvres militaires autour de Taïwan, en réponse à la visite de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, la plus haute responsable américaine à se rendre sur l'île autonome depuis des décennies.

Pékin estime que Taïwan, qui compte environ 23 millions d'habitants, est l'une de ses provinces, qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise, en 1949.

Lou Woei-jye a assuré lundi que les exercices taïwanais étaient déjà programmés et qu'il ne s'agissait pas d'une réponse aux exercices chinois en cours.

L'île organise régulièrement des exercices militaires simulant une invasion chinoise. La dernière en date, le mois dernier, où elle s'est entraînée à repousser des attaques depuis la mer lors d'une opération d'interception conjointe.

Il s'agissait de ses plus grands exercices annuels.

Les exercices taïwanais interviennent après que la Chine a prolongé lundi ses propres manœuvres maritimes et aériennes conjointes autour de l'île.

Le ministre taïwanais des Affaires étrangères, Joseph Wu, a estimé mardi que Pékin utilisait ses exercices militaires à proximité de l'île pour y préparer une invasion.

Les États-Unis peu inquiets, la Chine se justifie

Pour Washington, le risque d'escalade de la part de Pékin est faible.

« Je ne suis pas inquiet, mais je suis préoccupé par le fait qu'ils bougent autant. Mais je ne pense pas qu'ils vont faire quelque chose de plus. »

— Une citation de  Joe Biden, président des États-Unis

Avant d'entamer ses propres exercices militaires, Taipei avait condamné mardi le fait que Pékin poursuive ses manœuvres autour du territoire.

La provocation et l'agression de la Chine ont porté atteinte au statu quo du détroit de Taïwan et fait monter les tensions dans la région, a affirmé le ministère des Affaires étrangères de Taïwan dans un communiqué.

Aucun avion de guerre ou navire chinois n'a pénétré dans les eaux territoriales de Taïwan — à moins de 12 milles nautiques de la terre — pendant les exercices de Pékin, a souligné Taïwan.

La semaine dernière, l'armée chinoise a tout de même publié une vidéo d'un pilote de l'armée de l'air filmant la côte et les montagnes de l'île depuis son cockpit, montrant à quel point il s'était approché des côtes taïwanaises.

Des missiles balistiques ont aussi été tirés au-dessus de la capitale taïwanaise, Taipei, lors des exercices de la semaine dernière, ont informé les médias d'État chinois.

L'ampleur et l'intensité des exercices de la Chine, couplées à son retrait des négociations internationales autour du climat et de la défense, ont suscité l'indignation des États-Unis et d'autres pays occidentaux.

Pékin a défendu lundi son comportement, le qualifiant de ferme, énergique et approprié face à la provocation américaine.

[Nous] ne faisons que lancer un avertissement aux responsables de cette crise, a fait valoir le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin, lors d'un point de presse, promettant que la Chine briserait fermement l'illusion des autorités taïwanaises d'obtenir l'indépendance par l'intermédiaire des États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !