•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’inflation donne des maux de tête aux centres de dons au Manitoba

Un panneau à la banque alimentaire de l'Accueil Kateri, à Sainte-Anne au Manitoba, qui demande des dons alimentaires, le 8 août 2022.

La banque alimentaire de l'Accueil Kateri, à Sainte-Anne au Manitoba, invite la population à lui faire des dons de nourriture non périssable, alors que la demande d'aide augmente.

Photo : Radio-Canada / Anne-Charlotte Carignan

Radio-Canada

Avec la rentrée qui approche, et l'inflation galopante, des parents manitobains craignent de ne pas pouvoir répondre à tous les besoins primaires de leurs enfants. Les centres de dons, quant à eux, font face à une demande de plus en plus forte.

Joindre les deux bouts est un défi quotidien pour la Manitobaine Jolene Shoup, mère de deux enfants en bas âge. Cette dernière doit faire appel à des centres de dons pour répondre à leurs besoins de base. Elle appréhende déjà la rentrée scolaire de son fils de six ans.

On budgète tout et on vit quand même de chèque de paie en chèque de paie. […] Avec l'école qui arrive, on doit prévoir des lunchs, des collations, des souliers de course, tout le matériel scolaire et les autres frais en plus, souligne-t-elle.

Au centre de ressources communautaires Wolseley Family Place à Winnipeg, la demande d'aide augmente, mais les dons ne rentrent pas aussi rapidement, relate la coordinatrice du programme de développement personnel, Mélissa Perron.

C'est difficile quand quelqu'un vient et demande des pantalons. C'est difficile de dire non. Des draps, des couvertures, c'est tellement dur de dire non. Mais on n’en a pas, lance-t-elle.

On en demande parce qu'on veut que les besoins des membres de la communauté soient comblés, poursuit Mme Perron.

Mélissa Perron ajoute que son organisme manque également de couches, de lait maternisé et de vêtements.

Le centre a aidé 1057 personnes pour l'année 2021-2022. Mme Perron prévoit que le nombre de bénéficiaires doublera cette année.

Des banques alimentaires qui ont besoin de nourriture

Aurèle Boisvert place une canne dans un sac à la banque alimentaire de l'Accueil Kateri à Sainte-Anne au Manitoba le 8 août 2022.

Aurèle Boisvert est président de la banque alimentaire de l'Accueil Kateri, à Sainte-Anne, au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Anne-Charlotte Carignan

Cette tendance est aussi observée dans d'autres banques alimentaires ailleurs en province, indique Aurèle Boisvert, porte-parole francophone de Moisson Manitoba et président de L'Accueil Kateri, qui vient en aide à 94 foyers.

L'augmentation de la clientèle est directement proportionnelle à l'augmentation de l'inflation, s'exclame-t-il.

M. Boisvert fait savoir que Moisson Manitoba a dû acheter beaucoup de nourriture cet été.

Heureusement, ils ont un coussin d'argent. Avec les jardins des gens qui produisent de bons légumes, on espère que les dons vont recommencer, dit-il, soulignant au passage la générosité du public.

Aurèle Boisvert affirme qu'il est essentiel de prévoir un coussin de sécurité pour faire face à la demande tout au long de l'année.

On a beaucoup de frigos, c'est comme ça qu'on survit, explique-t-il. Dès que les marchands leur offrent leurs invendus, les banques alimentaires font congeler les denrées.

Les prochaines semaines seront déterminantes pour plusieurs familles qui espèrent trouver de l'aide prochainement ainsi que pour les organismes communautaires.

Avec les informations d'Anne-Charlotte Carignan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !