•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le béluga égaré dans la Seine pourrait être déplacé vers la mer

Deux membres de l'ONG à bord d'un bateau regardent le béluga qui est remonté à la surface de l'eau.

L'ONG Sea Shepherd France tente de venir au secours d'un béluga égaré dans la Seine.

Photo : afp via getty images / JEAN-FRANCOIS MONIER

Le cétacé très amaigri a été repéré le 2 août dernier dans une écluse sur la Seine à 70 km au nord de Paris. Un lieu inusité pour le cétacé qui préfère habituellement les eaux froides et salées comme celles de l’estuaire du Saint-Laurent, par exemple.

En entrevue à l’émission C’est encore mieux l’après-midi, Lamya Essemlali, présidente de l’organisme Sea Shepherd France, a expliqué que le déplacement au sud du béluga demeure inexpliqué.

Les experts qui ont étudié l’animal estiment que son amaigrissement date d’avant son entrée dans la Seine, comme l’explique Lamya Essemlali.

Pour être aussi maigre, c’est qu’il n’a pas mangé depuis des semaines, voire des mois. Or, vu l’état de sa peau, on sait qu’il est dans la Seine depuis peu de temps. La maigreur de l’animal serait donc attribuable à une maladie.

Des traitements administrés par fléchettes

Afin de soulager l’animal, des vétérinaires lui ont administré des antibiotiques, des corticoïdes et un stimulateur d’appétit par fléchettes.

L’animal n’a pas encore mangé le poisson qu’on lui a donné, mais Lamya Essemlali ne perd pas espoir.

Un dame se mordille les doigts en regardant vers l'extérieur du cadre de la photo.

La présidente de l'ONG Sea Shepherd France Lamya Essemlali aux abords de l'écluse où le béluga se trouve coincé

Photo : afp via getty images / JEAN-FRANCOIS MONIER

Ce qu’on constate depuis quelques jours c’est qu’il est curieux et qu’il réagit à ce qui se passe dans son environnement. Ce n’est pas du tout un animal qui est moribond, amorphe.

L’organisme a d’ailleurs fait appel à l'expertise du directeur scientifique du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), Robert Michaud, pour étudier l’état de l’animal.

Une opération de sortie de l’eau

Mardi, les équipes tenteront d’acheminer le béluga dans un bassin d'eau salée. Il pourra être mis sous surveillance et recevoir des soins. Les équipes tenteront d’identifier la maladie dont il souffre et de la soigner si c’est possible.

« Ce qui est prévu, c’est qu’il se rétablisse, pour le relâcher en mer. »

— Une citation de  Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France

Or, le déplacement de l’animal s’annonce complexe. Une barge devra être utilisée pour le déplacer dans l’eau. Un camion réfrigéré permettra ensuite de l’acheminer dans le bassin d’eau salée, situé sur la côte, à trois heures de route de l’écluse de Saint-Pierre-la-Garenne, où il se trouve. Le tout se fera sous la supervision d’une équipe de vétérinaires.

On a de l'espoir, même si on sait qu’il n’est pas du tout tiré d'affaire parce qu’il n’a pas encore recommencé à s’alimenter, explique Lamya Essemlali.

Signe encourageant, selon elle, le béluga s’est frotté contre les parois de l’écluse pour se débarrasser de taches qui le gênaient sur le dos. Une preuve que l'animal continue de s’accrocher à la vie et à s’intéresser à ce qui lui arrive.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !