•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une délégation à Montréal pour attirer des Ukrainiens au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une passerelle au-dessus d'une rivière.

Les attraits des villes de la région, dont Alma, seront vantés auprès des Ukrainiens qui seront rencontrés.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

Une délégation d'organismes communautaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean se rendra à la rencontre d'Ukrainiens jeudi, à Montréal, dans l'espoir de leur vendre la région pour refaire leur vie.

Ceux-ci répondent à un appel lancé par le ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration pour aider les ressortissants sans emploi ou logement.

La délégation régionale a été organisée par l'organisme Portes ouvertes sur le lac, qui souhaite démontrer aux Ukrainiens qu'il est possible de se construire une nouvelle vie au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Ce travail-là, on doit quand même le faire pour présenter vraiment notre région, puis de donner des alternatives et des opportunités à ces personnes-là, a mentionné la directrice générale de Portes ouvertes sur le lac, Julie Gauthier.

Le Groupe Inclusia, qui offre des services d'aide à l'emploi, se rendra aussi à Montréal. L'organisme communautaire veut démontrer que les perspectives sont nombreuses dans la région tout comme les services offerts.

Les Ukrainiens qu’on va rencontrer, c’est des gens qui sont arrivés à Montréal et qui n’ont pas encore choisi le lieu où ils voulaient s’établir de façon un peu plus permanente. Donc, c’est le bon moment pour les voir et aller faire de la régionalisation, puis de leur démontrer que le territoire est très attrayant et qu’il y a moyen de s’enraciner ici et qu’il y a des gens qui les attendent, en fait, a ajouté Sylvie Pedneault, coordonnatrice du Groupe Inclusia.

Portes ouvertes sur le lac n'a aucune crainte quant à l'accessibilité à un logement. Selon Julie Gauthier, l'organisme peut compter sur plusieurs partenaires et les familles ne seront pas assez nombreuses pour que l'hébergement soit un enjeu.

D’après un reportage de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !