•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D’anciens élèves de LCA forcés de s’impliquer dans des campagnes électorales à Saskatoon

L’école Legacy Christian Academy s’appelait Christian Centre Academy de son inauguration en 1984, jusqu’en 2013.

Ces allégations surviennent une semaine après l'enquête de CBC concernant des allégations de maltraitance envers la Legacy Christian Academy et le Mile Two Church, à Saskatoon. (archives)

Photo : Radio-Canada / Travis Reddaway

Radio-Canada

D'anciens élèves de l'école privée Legacy Christian Academy (LCA) affirment que les responsables de l'école et de l'église Mile Two Church ont fait pression sur eux pour qu'ils travaillent sur des campagnes politiques, afin d'accroître leur pouvoir et de faire avancer leur programme social conservateur.

Alors que la Legacy Christian Academy et le Mile Two Church sont des organismes de bienfaisance enregistrés, d’anciens élèves révèlent qu’un large éventail d'activités politiques partisanes ont été menées pendant les heures de classe et les services religieux.

Parmi les politiciens invités figurent l'ancien député Maurice Vellacott, l'ancien maire de Saskatoon, Don Atchison, et le conseiller municipal de Saskatoon, Randy Donauer.

Une pratique imposée aux anciens élèves

Portrait de Sean Kotelmach

Chris Kotelmach se souvient avoir brandi des pancartes en soutien à Don Atchison, qui a remporté la première de quatre élections municipales en 2003.

Photo : Radio-Canada / Travis Reddaway

Les gens nous disaient que nous devions le faire, que c'était juste et que c'était notre devoir, déclare un ancien élève, Chris Kotelmach. Je vois maintenant que nous avons été contraints.

Don Atchison était quelqu'un qui, selon le pasteur, allait nous aider à promouvoir le programme chrétien, a déclaré, pour sa part, Christina Hutchinson, une ancienne élève, qui se souvient qu'on lui avait dit que faire campagne était obligatoire.

De son côté, Sean Kotelmach, frère de Chris Kotelmach, indique que les enseignants et le personnel de l'église disaient constamment aux enfants que les conservateurs étaient bons et que tout ce qui était libéral était mauvais.

« Nous pensions tous que nous devions le faire, sinon c'était la fin du monde. »

— Une citation de  Chris Kotelmach, ancien élève de la Legacy Christian Academy
Portrait de Caitlin Erickson.

Caitlin Erickson est la première étudiante à avoir dénoncé les pratiques de la Legacy Christian Academy et du Mile Two Church.

Photo : Radio-Canada / Travis Reddaway

Caitlin Erickson, une autre élève qui a fréquenté la LCA de 1992 à 2004, se souvient avoir participé à au moins deux des campagnes fédérales de Maurice Vellacott lorsqu'il était candidat au Parlement dans la circonscription de Saskatoon-Wanuskewin.

Des politiciens confirment l’implication des élèves

Maurice Vellacott a confirmé que de nombreux étudiants de Saskatoon, y compris ceux de la Legacy Christian Academy, ont participé à ses diverses campagnes. Lors d’une entrevue accordée à CBC, M. Vellacott a souligné toutefois que rien n'indiquait qu'ils aient été contraints de le faire.

C'était une dose précoce d'apprentissage, déclare-t-il. C'était une bonne éducation pour eux aussi.

M. Vellacott indique toutefois qu'il ne se souvient pas que des élèves aient été retirés de la classe pour aider. Si cela s'est produit, dit-il, je n'aurais pas été celui qui en aurait pris l'initiative.

Un homme en chemise à carreaux devant les écrans d'ordinateur d'une salle de nouvelles aux couleurs de Radio-Canada.

Le conseiller municipal du district 5 de Saskatoon, Randy Donauer. (archives)

Photo : Radio-Canada

L'actuel conseiller municipal de Saskatoon, Randy Donauer, membre de longue date du Mile Two Church, admet avoir été soutenu par le pasteur lors de sa candidature au conseil municipal de Saskatoon, en 2010.

Il précise qu’il n'a pas utilisé les ressources de l'église pour sa campagne, admettant avoir aidé à organiser des campagnes pour d'autres politiciens.

Une pratique dénoncée par des experts

Don Atchison, à l'extérieur, s'adresse aux médias lors de l'annonce qui visait à officialiser sa candidature pour le poste de maire aux élections municipales de Saskatoon.

Les dirigeants actuels de la Legacy Christian Academy et du Mile Two Church ont décliné les demandes d'entrevue répétées. Les démarches pour joindre Don Atchison n’ont pas également abouti. (archives)

Photo : Guy Quenneville

Professeure émérite à l'Université de Regina, Ailsa Watkinson qualifie de sectaire le mode de fonctionnement de la LCA et du Mile Two Church.

Selon elle, cette activité politique reflétait la volonté des dirigeants d'imposer leurs vues sociales conservatrices aux autres, par tous les moyens.

Ce n'est pas chrétien. C'est sinistre. C'est écœurant. Contraindre les étudiants à faire cela est mal, déclare Ailsa Watkinson, qui a participé en 2004 à un procès devant la Cour suprême contestant le recours aux châtiments corporels sur les enfants.

Il n'y a aucune réglementation explicite dans la législation des écoles indépendantes de la Saskatchewan concernant l'engagement politique, a pour sa part réagi le professeur associé à l'École supérieure de politique publique Johnson Shoyama, Jim Farney.

Cependant, M. Farney cite la Loi de l'impôt sur le revenu (Nouvelle fenêtre), qui interdit aux organismes de bienfaisance, comme de nombreuses écoles indépendantes, de soutenir ou de s'opposer directement ou indirectement à un parti politique ou à un candidat en utilisant ses ressources.

Avec les informations de Jessie Anton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !