•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’autocueillette de bleuets a la cote

Des plants de bleuets à l'avant-plan, des gens s'affairant à la cueillette derrière.

L'autocueillette de bleuets bat son plein à Guérin.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Alors que bon nombre d’adeptes cueillent leurs bleuets en forêt depuis quelques jours déjà, certains décident de se rendre à la seule entreprise offrant de l’autocueillette de bleuets en Abitibi-Témiscamingue, la Bleuetière de Guérin.

L’avantage de se rendre dans une bleuetière est évidemment l’abondance des bleuets. « On est dans notre première semaine d’autocueillette, on prévoit que ça se poursuive jusqu’autour du 23 août », indique Sophie Lance, copropriétaire de la Bleuetière de Guérin.

« La production est intéressante cette année. Ce n'est pas une année exceptionnelle, mais c’est une belle année. »

— Une citation de  Sophie Lance, copropriétaire de la Bleuetière de Guérin
Sophie Lance pose dans un champ de bleuets, une dame s'adonnant à la cueillette en arrière-plan.

Sophie Lance, copropriétaire de la Bleuetière de Guérin

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Celle-ci ajoute que l’autocueillette est très populaire depuis quelques années.

On l’a vraiment remarqué avec la pandémie en 2020. Ç'avait été une année exceptionnelle ici pour la production. Et l’achalandage était vraiment très très intéressant. On sent un intérêt de vouloir aussi consommer les produits locaux et visiter notre région, souligne Mme Lance.

L’entreprise, certifiée boréale, utilise des ruches d’abeilles notamment pour avoir une meilleure production.

En plus de l’autocueillette, près de 200 000 livres de bleuets seront récoltées avec de la machinerie, puis envoyées au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Des plants de bleuets à la Bleuetière de Guérin.

Après une saison 2021 à oublier, la saison des bleuets 2022 s'annonce intéressante dans la région.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Une année 2021 à oublier

L’an dernier, il n’y avait malheureusement eu aucune saison de bleuets, les plants ayant gelé pratiquement partout en Abitibi-Témiscamingue. L’entreprise avait aussi perdu toute sa production. Même si les assurances viennent compenser en partie dans ces situations, il peut y avoir des impacts à plus long terme.

C’est certain que ç'a des conséquences même sur les plants qui produisaient cette année, car on a toujours la moitié de la bleuetière qui est en production. Même les plants qui produisaient cette année, il y a des parties qu’on voit qu’elles ont été affectées par le gel l’an passé, précise Sophie Lance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !