•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bureau du coroner se penchera sur les meurtres de Montréal et de Laval

Géhane Kamel en conférence de presse.

L'enquête publique sera présidée par la coroner et avocate Géhane Kamel.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La coroner en chef Pascale Descary ordonne le déclenchement d'une enquête publique pour que toute la lumière soit faite sur les trois homicides perpétrés la semaine dernière dans le Grand Montréal et sur la mort du suspect principal dans cette affaire, Abdulla Shaikh.

Les audiences permettront à toute personne d'intérêt de s'exprimer concernant les circonstances de ces décès afin d'en analyser tous les facteurs contributifs, et ce, en vue de proposer des pistes de solutions pour une meilleure protection de la vie humaine, a fait savoir son bureau par communiqué, lundi après-midi.

La coroner Géhane Kamel a été désignée par Me Descary pour présider cette enquête. Elle sera assistée par un procureur qui sera nommé prochainement, précise-t-on.

Me Kamel est une coroner émérite, qui a notamment présidé l’enquête publique sur certains des décès survenus dans des CHSLD durant la pandémie de COVID-19. Son rapport a été publié en mai dernier.

Les détails de cette nouvelle enquête ainsi que les dates des audiences seront communiqués ultérieurement, peut-on lire dans le communiqué du Bureau du coroner.

Trois meurtres en 24 heures

André Lemieux, Mohamed Belhaj et Alex Levis-Crevier ont tous trois trouvé la mort mardi et mercredi derniers avant que l'auteur présumé de ces meurtres, Abdulla Shaikh, ne soit abattu par les policiers dans un motel de l'arrondissement montréalais de Saint-Laurent, jeudi matin.

Ces événements n'ont laissé personne indifférent, notamment parce que le suspect de 26 ans était aux prises avec des troubles mentaux et qu'il avait été libéré en janvier 2001 de l'établissement où il était interné.

Des juges administratifs avaient pourtant reconnu qu'il pouvait constituer un risque important pour la sécurité du public en raison de son état mental.

Vendredi dernier, le premier ministre François Legault s'est d'abord dit content qu’on soit débarrassés de cet individu-là, avant de corriger le tir, lundi, affirmant plutôt qu'il était satisfait qu'Abdulla Shaikh ait été mis hors d'état de nuire.

Selon nos informations, le suspect avait des tendances extrémistes.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.