•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une nouvelle étape pour la reconstruction du pont d’Inkerman

Les restes d'un pont dans l'eau.

Une étude d'impact environnemental est lancée en prévision de la construction d'un nouveau pont à Inkerman afin de remplacer celui qui a brûlé.

Photo : Radio-Canada / Mario Landry

Radio-Canada

Après plusieurs années d’attente, le pont piétonnier d’Inkerman au Nouveau-Brunswick pourrait bientôt être reconstruit. Une étude d’impact environnemental a été effectuée et doit maintenant être révisée et approuvée par différents intervenants.

Le pont en bois d’Inkerman a été détruit par les flammes en 2017 et, depuis, un comité de résidents milite pour sa reconstruction.

Un homme en entrevue à l'extérieur

Maxime Caron est le président du comité du pont d'Inkerman.

Photo : Radio-Canada

Maxime Caron, président du comité du pont d’Inkerman, se réjouit de voir qu’une nouvelle étape vers la concrétisation du projet est sur le point d’être atteinte.

On est rendu à cette étape-là. Les travaux vont très bien. On avance tranquillement, sûrement!, lance-t-il.

Dans un avis public, le ministère des Transports et de l’Infrastructure du Nouveau-Brunswick indique que le nouveau pont serait construit au même endroit et que la navigation serait toujours possible. Les résidents sont invités à donner leur point de vue sur le projet et sur l’étude d’impact environnemental (Nouvelle fenêtre) avant le 1er septembre.

Normalement, si tout va bien, dans les délais, notre échéancier propose un début de travaux vers le mois de juin 2023, pour se terminer en septembre 2024, explique Maxime Caron.

Il précise que des consultations publiques se dérouleront, en plus de consultations avec les communautés autochtones de la région.

Le projet est un partenariat entre différents paliers gouvernementaux. Le comité du pont d’Inkerman a amassé la somme de deux millions de dollars pour la reconstruction.

Nécessaire pour la Véloroute

Le directeur général de la Véloroute de la Péninsule acadienne, Serge Dugas, qualifie l’étude d’impact environnemental d’une étape importante.

Un homme en entrevue, une affiche de la Véloroute derrière lui

Serge Dugas, directeur général de la Véloroute

Photo : Radio-Canada

L’étude d’impact environnemental doit durer quelques mois, parce qu’il y a des audiences, ces choses-là, en espérant que cette étape est franchie assez tôt cette année pour pouvoir aller à des appels d'offres durant l’hiver pour débuter la construction, dit-il.

Il ajoute que le nouveau pont facilitera la vie des cyclistes qui empruntent la Véloroute.

Nous ce pont-là, c'est nécessaire pour continuer notre croissance. Il y a beaucoup de gens qui ne veulent pas passer sur la route, sur le détour, lance-t-il.

Serge Dugas explique que de nombreux cyclistes sont inquiets de devoir circuler aux côtés des automobilistes sur le pont actuel de la route 113, pour des raisons de sécurité.

D’après les informations de Mario Landry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !