•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ancien ministre Bill Graham est décédé

Bill Graham debout en Chambre, alors que les autres députés l'applaudissent.

Bill Graham lors de l'annonce de son départ de la politique active, en 2007.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Radio-Canada

L'ex-politicien Bill Graham, qui a notamment été ministre des Affaires étrangères et de la Défense nationale dans les gouvernements Chrétien et Martin, s'est éteint. Il avait 83 ans.

Né à Montréal en 1939, William C. Graham a été député de 1993 à 2007, représentant tour à tour les circonscriptions de Rosedale, de Toronto-Centre–Rosedale et de Toronto-Centre.

C'est lui qui était ministre des Affaires étrangères en 2003, lorsque le gouvernement Chrétien a refusé que le Canada se joigne à la coalition formée par les États-Unis pour envahir l'Irak.

Il en ensuite devenu ministre de la Défense nationale, en 2004. Bill a aidé notre gouvernement et le pays à traverser une période difficile de l'histoire alors que nous nous déployions à Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan, a rappelé l'ex-premier ministre Paul Martin dans son hommage à Bill Graham, lundi.

Bannière

À titre de ministre de la Défense nationale, Bill Graham est notamment connu pour la nomination de Rick Hillier comme chef d’état-major de la Défense.

Un homme en veston cravate regarde un autre homme habillé en général lors d'une conférence de presse.

Bill Graham (à gauche) était ministre de la Défense lors de la nomination de Rick Hillier (à droite) comme chef d'état-major de la Défense, en 2005.

Photo : Reuters / Jim Young

M. Graham a également dirigé le Parti libéral du Canada par intérim, après la démission de Paul Martin, et ce, jusqu'à l'élection de Stéphane Dion.

À ce titre, il a occupé la fonction de chef de l'opposition officielle à la Chambre des communes pendant presque une année complète, de février à décembre 2006, face au premier ministre Stephen Harper, qui en était alors à son premier mandat comme premier ministre.

Réunis sur une même scène, de gauche à droite : Jean Chrétien, Bill Graham, Stéphane Dion et Paul Martin et John Turner.

Jean Chrétien, Bill Graham, Paul Martin et John Turner accompagnaient Stéphane Dion sur scène lors de son élection à la tête du PLC, en 2007.

Photo : Reuters / Shaun Best

Bill Graham a finalement quitté la politique à l'été 2007.

Les hommages affluent

Le premier ministre Justin Trudeau a salué les réalisations de Bill Graham dans un communiqué publié lundi soir.

Fervent défenseur du bilinguisme et du multiculturalisme, du logement abordable et des droits des personnes LGBTQ2, M. Graham a eu un impact considérable sur la vie des Torontois et de tous les Canadiens, peut-on lire dans la déclaration transmise par le cabinet de M. Trudeau.

« On se souviendra de lui comme d’un négociateur hors pair et d’un homme d’État compétent qui a partagé son amour du Canada avec le monde entier. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Voué au service à la population, M. Graham était un dirigeant chevronné et un spécialiste réputé dans son domaine. Ses réalisations, son dévouement et ses services demeureront une source d’inspiration pour les Canadiens, conclut-il en offrant ses condoléances.

Un jeune homme souriant discute avec un homme souriant en veston cravate.

L'actuel premier ministre du Canada Justin Trudeau a notamment rencontré Bill Graham en 2006, lors d'une convention à Montréal.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Le député libéral John McKay garde un bon souvenir de Bill Graham, quelqu'un qu'il considérait comme un homme immensément intelligent, décent et chic envers qui le Parti libéral doit avoir beaucoup de reconnaissance, selon lui.

Je décris Bill comme étant un politicien complet : il était une bonne personne au niveau de sa circonscription, une bonne personne au niveau national et une bonne personne au niveau international. Peu de personnes peuvent se vanter de ça, explique-t-il.

D'autres hommages sur les réseaux sociaux

L'annonce du décès de Bill Graham a aussi été accueillie par une vague d'hommages sur Twitter, les membres du gouvernement Trudeau étant nombreux à saluer son legs politique.

L'actuelle ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a qualifié de déchirante l'annonce du décès de Bill Graham.

Bill a ouvert la voie au dialogue, à la diplomatie et à une meilleure politique étrangère. Le Canada a grandement bénéficié de son travail inlassable, a-t-elle écrit lundi en fin de journée.

L'actuelle ministre de la Défense nationale, Anita Anand, partage la même tristesse.

Le monde a perdu un homme d'État important [...] qui a apporté d'incroyables contributions au pays, peut-on lire sur son compte Twitter.

Son amitié et ses conseils vont me manquer, conclut le ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités, Dominic LeBlanc, dans une enfilade de gazouillis où il rappelle notamment l'implication de Bill Graham comme chancelier du Trinity College de l’Université de Toronto, son alma mater.

Je suis attristé d'apprendre le décès de mon ami et mentor Bill Graham, a tweeté le ministre des Transports, Omar Alghabra. Il était un géant de la politique canadienne et internationale. Il avait un grand amour pour le Canada. Mes condoléances à sa famille.

Bill Graham a porté en politique la même dignité qu’il apportait à la vie, a renchéri le ministre du Travail, Seamus O'Regan fils. Son esprit était [vif], mais c'est de sa gentillesse dont je me souviendrai le plus. Il a servi son pays et [est] parti avec grâce et compassion. Repose en paix, Bill.

Trois hommes en veston cravate sont enlacés.

Bill Graham a escorté de son siège de député au fauteuil de la présidence Peter Milliken avec le premier ministre de l'époque, Stephen Harper, en 2006.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Son ancien vis-à-vis aux Communes, Stephen Harper, a aussi eu de bons mots pour Bill Graham, lundi. Même s'il était un adversaire déterminé, Bill a toujours été un gentleman et il a toujours gardé à l'esprit les intérêts supérieurs du pays, a tweeté l'ex-premier ministre, en anglais. Nos pensées et nos prières vont à sa famille.

Il a été un ministre des Affaires étrangères remarquable et un fin parlementaire, a ajouté John Baird, ancien ministre des Affaires étrangères sous Stephen Harper, en anglais sur Twitter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !