•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dawn Walker formellement accusée d’être entrée illégalement aux États-Unis

Dawn Walker, portée disparue depuis le 22 juillet 2022.

Selon la police de Saskatoon, Dawn Walker et son fils étaient entrés illégalement aux États-Unis.

Photo : FSIN

La police de Saskatoon annonce que Dawn Walker fait l’objet d’une enquête criminelle aux États-Unis et au Canada, trois jours après que son fils et elle ont été retrouvés sains et saufs à Oregon City, en Oregon.

Le chef adjoint de la police de Saskatoon, Randy Huisman, annonce que Dawn Walker fait face à des accusations, dans les deux pays, dans le cadre d’une enquête criminelle autour de sa disparition.

Dawn Walker est actuellement en détention aux États-Unis et comparaît aujourd'hui devant un tribunal américain pour répondre de deux chefs d'accusation liés à cette enquête, indique Randy Huisman.

Dawn Walker a été officiellement informée, lundi, des deux charges qui sont retenues contre elle, en sol américain.

Entrée illégale aux États-Unis avec de faux papiers

Randy Huisman affirme que le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a accusé Dawn Marie Walker d'avoir fait de fausses déclarations dans le cadre de l’utilisation d’un passeport. Elle avait en sa possession des papiers d'identité illégaux appartenant à une autre personne.

Selon un document du tribunal, les procureurs américains demandent à la cour de détenir l'accusée en attendant le procès en raison du risque de non-comparution.

Après l'arrestation de Dawn Walker, les agents ont trouvé dans ses papiers une liste qu’elle avait élaborée pour mettre en scène sa mort et sa disparition.

En voici des exemples : se teindre les cheveux, préparer la voiture, acheter des jouets, jeter son téléphone à l'eau, abandonner sa voiture près du pont, trouver la frontière la plus proche et couvrir son tatouage, indique le document de la cour.

L'enquête a ensuite permis de les suivre jusqu'à Oregon City, où la coopération transfrontalière des forces de l'ordre a été mise à profit, explique Randy Huisman.

L'enquête au Canada se poursuit

Au Canada, Dawn Walker est accusée d’enlèvement en contravention d'une ordonnance de garde et de méfait public. Selon le chef adjoint du SPS, Randy Huisman, d'autres accusations sont envisagées à mesure que l'enquête criminelle progresse.

Lors d’une conférence de presse, Randy Huisman a déclaré que les enquêteurs du service de police de Saskatoon consultaient la Couronne provinciale pour organiser l’extradition au Canada de Dawn Walker.

Son fils âgé de 7 ans, qui est confié à un tuteur légal depuis le 5 août, est rentré au Canada dimanche, précise le policier.

Aucune alerte Amber n'a été déclenchée après leur disparition. Les circonstances ne correspondaient pas aux critères provinciaux ou locaux pour recourir à une telle mesure, comme l'explique Randy Huisman.

Le Service de police de Saskatoon continue de demander à toute personne ayant des renseignements pertinents de communiquer avec le SPS, au 306 975-8300, avec Échec au crime, au 1 800 222-8477, ou avec le service de police local.

Marche de soutien dimanche pour Dawn Walker

Une marche de soutien pour Dawn Walker a été organisée dimanche soir à Saskatoon alors que des questions persistent autour de sa disparition.

Ses proches se réjouissent que son fils et elle aient été retrouvés vivants, 15 jours après leur disparition à Saskatoon.

Sa situation nécessite compréhension et compassion, et elle doit être entendue, a déclaré Kathy Walker, la jeune sœur de Dawn Walker, qui a assisté au rassemblement de soutien dimanche soir.

Elle a appelé les membres de la communauté à la patience, en attendant les résultats des enquêtes.

[Dawn] mérite notre soutien, plutôt que d'être pointée du doigt, a dit Kathy Walker. Je pense que nous devons examiner de façon plus large la situation en jeu et la façon dont cela a eu un impact sur le fait qu'elle a pris des mesures aussi radicales.

La coprésidente d'Iskwewuk Ewichiwitochik, à Saskatoon (Women Walking Together), un groupe qui soutient les familles de femmes disparues et de femmes autochtones assassinées, Darlene Okemaysim-Sicotte, abonde dans le même sens.

Les circonstances sont confuses, dit-elle, exhortant les gens à être patients et à attendre une explication plus complète.

Darlene Okemaysim-Sicotte reconnaît que les gens sont en colère à cause des ressources utilisées pour rechercher Dawn Walker et de ce qu'ont ressenti les personnes qui craignaient que son fils et elle n'aient été blessés.

Une campagne de collecte de fonds en ligne organisée par Idle No More est en cours pour soutenir la défense juridique de Dawn Walker. Lundi matin, elle avait permis de récolter 13 087 $.

Avec les informations de Kendall Latimer, Frederic Harding et Geneviève Patterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !