•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Novelis continue d’entretenir son ancienne usine de Jonquière, 10 ans après la fermeture

Il y a 10 ans, l’usine Novelis, située dans le secteur d'Arvida, à Jonquière, fermait ses portes. Plus de 150 personnes ont perdu leur emploi. Depuis 2012, l’usine de la rue Fay demeure vide, mais le bâtiment est entretenu par ses propriétaires, dont les bureaux sont situés aux États-Unis.

Une affiche montre le nom et le logo de l'entreprise. À l'arrière se trouve un bâtiment.

L'ancienne usine Novelis de Jonquière (archives)

Photo : Radio-Canada

En avril 2012, des dizaines de travailleurs à l'emploi de Novelis apprenaient sans préavis qu'ils perdaient leur emploi.

Depuis, c'est le calme plat à l'usine de la rue Fay, dans le secteur d'Arvida. Des activités de surveillance ont lieu, mais l'usine demeure inoccupée.

La compagnie, basée à Atlanta, a rapatrié sa production de Jonquière aux États-Unis. Elle continue néanmoins de payer 175 000 $ de taxes annuellement à la Ville de Saguenay et les coûts liés aux assurances de l'immeuble.

Au niveau de la Ville, la seule chose dont on est au courant, et ça a été confirmé avec une demande d’accès à l’information, la compagnie est en règle par rapport à nous. Il n’y a aucune créance ou arrérages par rapport aux taxes municipales. Pour ce qui est de leurs plans d’avenir pour le bâtiment, je ne suis pas en mesure de répondre à ça, a déclaré le porte-parole de la Ville de Saguenay, Dominic Arseneau. 

Les engagements environnementaux de Novelis sont aussi respectés. La compagnie a soumis un plan de réhabilitation du terrain au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec (MELCCQ).

Une partie des travaux de décontamination a été réalisée, mais l'entreprise spécialisée dans les produits de laminage à partir d'aluminium, comme des canettes de bière et de boissons gazeuses, a demandé un délai au ministère.

Pour un terrain industriel, l’exigence de décontamination est le respect du critère C ou l’annexe 2 du Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains contaminés. Un échéancier de travaux a été soumis et accepté dans le cadre de la délivrance du plan de réhabilitation. Les travaux en place devraient se poursuivre en 2023, alors que le rapport final est attendu pour 2024, a précisé la porte-parole régionale du ministère, Sophie Gauthier.

Pas l’intention de vendre

Bien qu'elle soit déserte depuis une décennie, Novelis n'a aucune intention de vendre son usine jonquiéroise, évaluée à plus de 4 millions de dollars, selon le rôle d’évaluation en vigueur à Saguenay. Promotion Saguenay a fait des démarches auprès des dirigeants, qui lui ont clairement indiqué qu’ils souhaitaient conserver les actifs de Saguenay.

Selon nos informations, maintenir les installations en place serait une décision stratégique et d’affaires, permettant à Novelis d'éviter qu'un concurrent s'y installe pour fabriquer des produits similaires aux siens.

Malgré de nombreuses tentatives, Novelis n'a pas rendu nos appels. La filiale d’Hindalco Industries, une compagnie phare du groupe indien Aditya Birla, fabrique notamment des canettes à partir d'aluminium produit par Elysis, une entreprise née d’un partenariat entre Rio Tinto et Alcoa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !