•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’économie nord-ontarienne a été touchée de façon disproportionnée par la pandémie

Deux personnes masquées en entretien d'embauche.

Un nouveau rapport de l'IPNO et de l'Université Lakehead souligne la grave perte d'emplois liée à la pandémie dans le Nord de l'Ontario.

Photo : Getty Images / Pekic

Radio-Canada

La pandémie a eu un impact plus important sur l’économie nord-ontarienne par rapport au reste de la province, selon un nouveau rapport publié par des chercheurs de l'Université Lakehead, à Thunder Bay, en collaboration avec l’Institut des politiques du Nord.

Malgré des taux d’infections plus élevés dans les centres urbains du Sud de l'Ontario, le Nord a démontré un plus haut taux de chômage lors de ses deuxième et troisième vagues de COVID-19.

« La pandémie a davantage affecté l'emploi dans le Nord de l'Ontario que dans le reste de la province; des soutiens supplémentaires à court terme pourraient être nécessaires pour la région. »

— Une citation de  Extrait du document de recherche : Les répercussions de la COVID-19 sur l’économie du Nord de l’Ontario

Les chercheurs qui ont publié le rapport avancent que c’est un résultat de la nature cyclique de l'économie industrielle nord-ontarienne obtenu en analysant les données de l’enquête de la population active de Statistique Canada.

Les industries privées dans le nord de la province ont plus de difficultés à faire la transition vers le télétravail, selon Martin Lefebvre, chercheur principal à l’Institut des politiques du Nord.

Ceci a mené à des pertes d’emplois importantes dans ce secteur qui prend une place importante dans l’économie. Il note que l’industrie de l'hôtellerie et le tourisme ont été particulièrement touchés.

Les auteurs ont concentré leur étude sur les quatre plus grandes villes du Nord de l'Ontario, soit le Grand Sudbury, Thunder Bay, Sault-Sainte-Marie et North Bay.

Le chercheur souligne que les auteurs du rapport n'ont pas eu accès à suffisamment de données de qualités pour inclure Timmins, la cinquième ville en importance de la région, dans leur rapport.

Recommandations du rapport

En entrevue à l’émission Le matin du Nord, Martin Lefebvre explique que les mesures de santé publique devraient être davantage gérées de façon régionale, et non provinciale.

Selon M. Lefebvre, il y a eu un décalage dans l’augmentation des cas dans le Nord en comparaison avec le Sud, et les restrictions sanitaires uniformes à l’échelle provinciale ont influencé le taux de chômage.

« D’un point de vue économique, plusieurs des restrictions à la grosseur de la province, c’était inefficace dans le Nord, car on agissait comme une région séparée en raison du timing et de la sévérité des vagues. »

— Une citation de  Martin Lefebvre, chercheur principal à l'Institut des politiques du Nord

Il propose une politique de prévention régionale, à l'avenir, au lieu d'une approche provinciale.

Le rapport suggère aussi que des soutiens supplémentaires gouvernementaux à court terme sont nécessaires pour réanimer l’économie nord-ontarienne.

L’étude propose également que les gouvernements municipaux, provincial et fédéral considèrent l’impact de futures réductions des dépenses publiques étant donné que celles-ci pourraient avoir des répercussions disproportionnées sur le nord de la province, notamment parce que la région compte proportionnellement plus d'emplois dans le secteur public que le sud.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !