•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel avenir pour des espaces laissés vacants par les stations-service?

Une station-service Petro-Canada.

Suncor Énergie a annoncé, lundi, la conclusion d'une entente avec la firme d'investissement Elliott Investment Management. Suncor Énergie, qui détient Petro-Canada, pourrait alors vendre son réseau de stations-service.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Que faire des espaces occupés actuellement par les stations-service lorsqu’elles ne seront plus utilisées? Alors que le gouvernement fédéral s'est donné comme objectif de mettre fin aux véhicules à essence d'ici 2035 et que les Canadiens utilisent divers moyens pour se déplacer, comme le vélo, la question de l'aménagement de ces espaces se pose.

Dans une entrevue diffusée à l’émission Le 6 à 9, l'urbaniste et professeur associé à l’Université de Winnipeg Marc Vachon explique qu'il existe plusieurs solutions pour réaménager ces espaces.

Après la fermeture de certaines stations-service, plusieurs espaces sont vacants. C’est le cas dans le quartier de Saint-Boniface, à Winnipeg.

La station-service Petro-Canada située à Grant Park, à Winnipeg, a fermé en juin. Elle est en train d'être démantelée. L'avenir des lieux reste inconnu jusqu'à présent.

Redonner vie aux espaces

Marc Vachon souligne que ces espaces sont souvent des espaces stratégiques, très près des ponts ou des commerces.

Les stations-service ne vont pas complètement disparaître en 2035. Cela prendra du temps, puisqu’il faut attendre la production d’autos électriques , explique l’urbaniste.

Il précise également que cette transition ne sera pas la même partout. Il faut faire la différence entre la ville et les autoroutes. Les transports utilisés ne sont pas les mêmes, poursuit-il.

La technologie ne permet pas encore de produire des batteries électriques suffisamment puissantes pour alimenter des véhicules de types camions ou poids lourds.

De ce fait, certaines stations-service restent nécessaires.

Des plans politiques pour l’aménagement du territoire

En Alberta, la Ville d'Edmonton a préparé un plan sur 10 ans pour décontaminer une cinquantaine de stations-service.

Dans l'Ouest, il y a très peu de politiques qui ont été développées à ce sujet , souligne Marc Vachon, qui pense que ces plans doivent venir d’une volonté à l’échelle à la fois provinciale et municipale.

Marc Vachon suggère que ces terrains peuvent être réaménagés en parcs. En revanche, certains espaces ne sont pas aménageables en espaces verts.

Dans ce cas, l’urbaniste pense que la construction de logements sociaux abordables pourrait être envisagée. Cependant, ces aménagements entraînent certains coûts, parfois à la charge des gouvernements, parfois à la charge des promoteurs immobiliers.

Pour les promoteurs immobiliers au Manitoba, il est souvent plus avantageux d’acheter des terrains immobiliers, plutôt que d’investir dans une station-service pour la nettoyer et construire par la suite, précise Marc Vachon.

La transition prendra du temps, mais il est certain qu’il y aura des terrains vacants , conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !