•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrêtez d’abandonner vos animaux dans les parcs nationaux, demandent les autorités

08816EA5-F6E5-49FA-AB82-A02FC991DFF5

Des chats font partie des animaux de compagnie abandonnés dans le parc de la Pointe-Pelée à Leamington, en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Radio-Canada

Des tortues, des chats et des lapins domestiques sont abandonnés dans le parc national de la Pointe-Pelée, en Ontario. « C'est un problème depuis un certain nombre d'années », affirme David Walker, directeur par intérim de la conservation des ressources du parc.

Depuis le mois d'avril, de 6 à 12 animaux domestiques ont été retrouvés dans le parc. C'est cruel pour les animaux de les déposer dans le parc, car ils pénètrent dans des territoires établis et n'ont pas l'habitude de se débrouiller seuls, affirme M. Walker.

David Walker, directeur par intérim de la conservation des ressources du parc de la Pointe-Pelée, porte un chapeau.

Selon M. Walker, le parc abrite des plantes et des animaux semblables à ceux que l'on trouve plus au sud. Ce type d'habitat est rare au Canada et doit être protégé.

Photo : Jennifer La Grassa/CBC

En général, les animaux sont trouvés dans de très mauvaises conditions, certains sont blessés et souvent couverts de tiques, explique-t-il.

« Les types d'animaux les plus courants sont les chats et les lapins, mais au fil des ans, nous avons également capturé des poissons domestiques et des tortues. »

— Une citation de  David Walker

Parmi les animaux les plus inhabituels que M. Walker et son équipe ont dû retirer du parc : une tortue cooter de la plaine côtière, originaire de Floride, qui ne survivrait pas aux hivers froids de cette région. Cette tortue a été trouvée en 2013.

Le parc national de la Pointe-Pelée, en Ontario.

Le parc national de la Pointe-Pelée, en Ontario

Photo : Radio-Canada / Rébecca Salomon

Selon M. Walker, un animal domestique aura du mal à survivre dans un environnement où il y a des prédateurs comme des coyotes.

Les animaux domestiques, espèces envahissantes

Selon M. Walker, les animaux peuvent également introduire des maladies dans le parc ou s'attaquer aux espèces indigènes à risque.

Nous avons donc une gestion active pour essayer d'éliminer ces espèces du parc afin de protéger les espèces en péril qui sont indigènes dans la région, explique M. Walker.

« Un animal domestique est une espèce envahissante. »

— Une citation de  David Walker

Lorsque son équipe repère un animal domestique abandonné, elle l'envoie au refuge ou au centre de réhabilitation approprié.

Refuges et réadaptation : des solutions responsables

Melanie Coulter, directrice générale de Windsor-Essex Humane Society, appelle les propriétaires qui ne peuvent plus prendre soin de leurs animaux à les confier aux refuges les plus proches.

Elle rappelle aux propriétaires leurs responsabilités.

Votre animal vous a donné beaucoup d'amour au fil du temps et il s'est engagé envers vous, il est donc très important d'en faire autant pour lui, explique-t-elle.

Melanie Coulter, directrice générale de la société protectrice des animaux dans Windsor-Essex.

Melanie Coulter, directrice générale de la société protectrice des animaux affirme qu'il est « frustrant » d'entendre que le problème d'abandon des animaux de compagnie persiste.

Photo : Jennifer La Grassa/CBC

David Walker rappelle aux propriétaires que le fait d'abandonner des animaux domestiques dans le parc est une infraction criminelle.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !