•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Les Éditions Pierre Tisseyre soufflent 75 bougies en 2022

L'éditeur Pierre Tisseyre en 1969 lors d'une entrevue à Femme d'aujourd'hui.

Les Éditions Pierre Tisseyre célèbrent leurs 75 années d'existence en 2022.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 12 août, les lecteurs québécois sont encouragés à acheter un livre d’ici. C’est une initiative qui aurait plu à Pierre Tisseyre qui, il y a 75 ans, a fondé les Éditions Pierre Tisseyre. Des reportages de Radio-Canada nous rappellent à quel point ce dernier a été important pour l’essor de l’édition et de la littérature au Québec.

Un précurseur dans plusieurs domaines

Pierre Tisseyre est né le 5 mai 1909 à Paris et est décédé à Montréal le 3 mars 1995.

Il est avocat spécialisé en droit d'auteur.

Il travaille tout d’abord comme conseiller juridique pour la Société Paramount.

De 1932 à 1935, il devient correspondant pour plusieurs revues et journaux français à New York.

Il s'installe au Québec en 1945 après avoir été soldat pour la France et prisonnier dans un camp de concentration durant la Seconde Guerre mondiale.

En 1947, il fonde Le Cercle du livre de France, qui est le premier nom des Éditions Pierre Tisseyre.

L'animatrice Isabelle Craig interviewe Charles Tisseyre à propos de son père Pierre Tisseyre.

Le 30 mars 1995, l’animatrice Isabelle Craig, de l’émission Les temps modernes, interviewe Charles Tisseyre, l’animateur de l’émission de Radio-Canada Découverte. C'est le fils de Pierre Tisseyre.

L’entrevue est émouvante. Charles Tisseyre y raconte des anecdotes personnelles sur son père.

Il parle notamment de Pierre Tisseyre comme un précurseur, et cela, dans plusieurs domaines.

Par exemple, c’est Pierre Tisseyre qui a pris soin, la majorité du temps, des quatre enfants qu’il a eus avec la très populaire – et très occupée – Michelle Tisseyre, animatrice à Radio-Canada.

Charles Tisseyre se souvient avec affection de son père comme étant un homme rose.

Cette pratique ne deviendra cependant répandue que plusieurs années plus tard.

Par ailleurs, le travail de la maison d’édition Le Cercle du livre de France a entraîné dans son sillage la création de plusieurs autres maisons d’édition au Québec.

Pierre Tisseyre a aussi fondé le prix littéraire du Cercle du livre de France, en 1949, qui veut favoriser la diffusion des auteurs du Canada français.

L’éditeur a également encouragé, par sa collection « Deux Solitudes » la traduction et la publication d’auteurs canadiens-anglais au Québec.

On lui doit donc également beaucoup dans la diffusion de la littérature venant de reste du Canada au Québec.

La mécanique de l’édition selon Pierre Tisseyre

L'animatrice Andréanne Lafond interviewe l'éditeur Pierre Tisseyre.

Le 1er juin 1965, l’émission Aujourd’hui présente une interview de Pierre Tisseyre par son animatrice Andréanne Lafond.

Pierre Tisseyre y parle du processus de sélection d’un auteur et des étapes pour qu’un livre soit publié.

Il est très rare qu’un manuscrit soit publiable tel quel, souligne l’éditeur.

Il faut travailler avec l’auteur pour rendre ce dernier plus conforme aux règles de l’édition, ajoute-t-il.

Un auteur, surtout lorsqu’il est nouveau, a souvent beaucoup à apprendre sur la manière de présenter un livre au public.

C’est à l’éditeur de guider l’auteur dans cette démarche, assure Pierre Tisseyre.

Cette étape peut-être très facile ou très difficile selon le caractère de l’auteur, précise l’éditeur.

Il faut aussi s’entendre sur des détails techniques, comme le nombre de pages, qui influencent grandement le coût d’impression de l’ouvrage.

C’est que les marges de profits sont assez minces, rappelle l’éditeur.

Le romancier reçoit des droits d’auteur de 10 %.

Le distributeur, quant à lui, accapare 55 % des profits et l’éditeur 35 %.

C’est un pourcentage qui est faible, considère Pierre Tisseyre.

Surtout lorsqu’on considère tous les efforts et les risques que ce dernier prend pour publier un auteur.

L'animatrice Aline Desjardins interviewe l'éditeur Pierre Tisseyre sur son métier.

Le 28 octobre 1969, Aline Desjardins, qui anime Femme d’aujourd’hui, interroge à son tour Pierre Tisseyre sur le métier d’éditeur.

Il parle des lancements de livres qui sont importants pour le succès d’un ouvrage.

Pierre Tisseyre revient aussi sur le rôle que doit jouer un éditeur auprès des auteurs.

Il doit par exemple s’informer sur l’état d’avancement d’un manuscrit et encourager les auteurs à les achever.

Parfois, il les guide vers les écrits d’autres auteurs pour les inspirer dans la rédaction de passages quand certains auteurs sont un peu en panne.

Le tout premier conseil est cependant de travailler, affirme en souriant Pierre Tisseyre.

Exporter la littérature québécoise

  • Le Cercle du livre de France publie en 1949 un premier roman québécois : Mathieu, de l’auteure Françoise Loranger. Pierre Tisseyre a probablement pris un risque en faisant paraître un livre dont le héros remettait en question certains dogmes de l'Église catholique qui domine le Québec de l’époque.
  • Parmi les écrivains québécois découverts et publiés par Le Cercle du livre de France et les Éditions Pierre Tisseyre : Hubert Aquin, André Langevin, Claire Martin et Alice Parizeau.
  • Le Cercle du livre de France est renommé les Éditions Pierre Tisseyre en 1975. La maison d'édition s’oriente alors surtout vers la littérature pour la jeunesse.
  • Charles et Michelle Tisseyre, les deux enfants survivants de Pierre Tisseyre, dirigent désormais la maison d’édition.

Pierre Tisseyre a été pendant 15 ans président du Conseil supérieur du livre dont un des mandats est de favoriser la diffusion de la littérature québécoise à l’étranger.

Il est donc bien placé pour réagir à une déclaration qui affirme que la stratégie d’exportation du livre québécois est un échec, notamment en France.

Le journaliste Jean Ducharme interviewe l'éditeur Pierre Tisseyre à propos de la stratégie d'exportation des livres québécois.

Il dément cet insuccès dans une interview qu’il accorde au journaliste Jean Ducharme lors de l’émission Ce soir et qu’anime Bernard Derome le 22 mars 1977.

Le Québec vend moins de livres en France que la Belgique, concède-t-il.

Mais s’il y a échec, il n’est que relatif et s’explique dans un contexte historique, rappelle Pierre Tisseyre.

L’éditeur souligne par ailleurs l’importance que revêtent les salons du livre, de Montréal notamment, pour la diffusion des auteurs québécois.

C’est d’autant plus vrai qu’au Salon du livre de Montréal, les livres peuvent être directement vendus au public, se réjouit Pierre Tisseyre.

Le travail de pionnier de Pierre Tisseyre a été colossal.

Il a particulièrement permis à l’édition québécoise de prendre l’importance qu’elle a aujourd’hui dans l’univers culturel du Québec.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.