•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Keremeos Creek : des progrès, mais le feu n’est pas circonscrit

Des pompiers procèdent à un brûlage contrôlé.

Les équipes de pompiers profitent de la baisse des températures pour procéder à des brûlages contrôlés dans la vallée de l’Okanagan, selon BC Wildfire.

Photo : BC Wildfire

Radio-Canada

Les vents calmes du week-end ont beaucoup aidé les pompiers à lutter contre le feu de Keremeos Creek, dans le sud de l’Okanagan, en Colombie-Britannique, même si celui-ci n’est pas circonscrit et que la situation pourrait évoluer en cas de reprise des vents.

La coopération entre différentes équipes sur le terrain a permis de très bonnes avancées, comme l'explique Bryan Zandberg, porte-parole de l'agence de lutte contre les incendies BC Wildfire, lundi après-midi.

La situation reste néanmoins changeante, des morceaux de roches détachant et des retombées de flammes empêchant les évacués de rentrer chez eux.

En tout, 405 pompiers et de personnel de soutien sont sur le terrain appuyés par 16 hélicoptères et 43 engins d'équipement lourd. Des avions-citernes n'ont pas été utilisés pour larguer de l’eau ou des produits ignifuges depuis au moins cinq jours, mais ils peuvent être rappelés au besoin.

L'incendie de Keremeos Creek, au sud-ouest de Penticton, s'étend sur près de 60 kilomètres carrés et a entraîné l’évacuation de 547 propriétés.

Les occupants de 1058 autres résidences, notamment dans le village de Keremeos, doivent se tenir prêts à évacuer à tout moment.

Un appel à la patience

Selon Bryan Zandberg, la sécurisation des alentours des propriétés évacuées prend du temps. Tim Roberts, le directeur régional du district de la zone de Keremeos, s’est quant à lui rendu au centre d’évacuation Victory Hall, à Keremeos, et signale que les habitants évacués sont compréhensifs même s’ils sont également frustrés et inquiets.

Il a expliqué que, sur le terrain, des solutions sont négociées au cas par cas, notamment pour les agriculteurs qui doivent procéder à des récoltes.

Certains habitants ont décidé de ne pas évacuer quand d’autres tentent de passer les points de contrôle. J'ai vu des gens qui essayaient de passer et qui étaient assez belliqueux, raconte Bryan Zandberg, ajoutant que la majorité de la population est néanmoins patiente.

Aucune date n’est annoncée pour l’instant pour la réouverture de l’autoroute 3 même si la zone est en train de connaître une accalmie.

Un avis concernant la qualité de l’air a été publié lundi pour le sud de l'Okanagan, notamment Penticton, Summerland, Naramata, Keremeos, Oliver et Osoyoos. Ces zones pourraient être touchées par la fumée des feux de forêt au cours des prochaines 24 à 48 heures.

Un panache de fumée se dégage d'un incendie dans les montagnes, aux environs de Penticton, en Colombie-Britannique, le vendredi 29 juillet 2022.

L'incendie de Keremeos Creek a entraîné l'évacuation de propriétés au sud-ouest de Penticton.

Photo : BC Wildfire Service

Brûlages contrôlés en cours

Le Service des incendies de la Colombie-Britannique combat actuellement le feu par le feu avec des brûlages contrôlés dans le sud de l’Okanagan pour tenter de maîtriser l’incendie.

Mikhail Elsay explique que le brûlage préventif va d’abord augmenter le périmètre de l'incendie pour mieux le maîtriser par la suite. Les équipes vont brûler un peu moins de la moitié de 1 kilomètre carré, précise-t-il.

Mikhail Elsay affirme que le temps a été beaucoup plus chaud et sec ces derniers jours, ce qui va augmenter le nombre de feux, mais que des vents plus calmes devraient faciliter le travail des pompiers.

Depuis le début de la saison le 1er avril, 558 feux de forêt ont été déclenchés dans la province, dont 56 feux sont toujours actifs.

Le feu le plus important demeure celui de Keremeos Creek, découvert le 29 juillet.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !